Retraite des députés: Bernard Accoyer promet une «réforme sans précédent»

SOCIAL Ils seront alignés «sur le régime des retraites sur la fonction publique»...

M.P. avec AFP

— 

La France va envoyer en Chine plusieurs délégations politiques et économiques dans un effort pour remettre sur les rails les relations bilatérales perturbées depuis quatre mois par une vive controverse sur le Tibet, a annoncé jeudi un quotidien chinois.
La France va envoyer en Chine plusieurs délégations politiques et économiques dans un effort pour remettre sur les rails les relations bilatérales perturbées depuis quatre mois par une vive controverse sur le Tibet, a annoncé jeudi un quotidien chinois. — Bertrand Guay AFP

La réforme de la retraite des députés va se faire. Et ce sera «une réforme sans précédent», a promis Bernard Accoyer, le président UMP de l’Assemblée nationale. Interrogé sur RTL sur une suppression de la double cotisation permettant aux députés d'engranger deux annuités de retraite par an, il a répondu: «C’est ce que j'ai toujours voulu faire et ce que je vais proposer au Bureau de l'Assemblée nationale». Il y a «un consensus» sur le sujet avec Jean-Marc Ayrault, le président du groupe socialiste. «Un an de mandat doit correspondre à une annuité», estiment en effet les élus socialistes.

«Tout ce qu'il demande est compris dans ce que je vais proposer», a assuré le président du perchoir, précisant avoir reçu mardi un message du député-maire de Nantes sur le sujet. Même chose pour le patron des députés UMP, Jean-François Copé. «Je l'ai convaincu», a assuré l'élu de Haute-Savoie.

Les députés rentrent dans «le régime général»

Cette réforme aboutira «à l'alignement du dispositif sur le régime des retraites de la fonction publique avec tout ce qui va avec, en termes de durée de cotisations -40, 41,5 années jusqu'à 42-, l'augmentation des cotisations, etc.», a expliqué Bernard Accoyer. «Il n'y aura plus la possibilité d'avoir la retraite pleine avant 41,5 ans de mandat, alors qu'aujourd'hui, cela pouvait être le cas après 22,5 ans de mandat», a-t-il insisté. De fait, les députés rentrent «complètement dans le régime normal, général et ce système sera exigeant par rapport à ce qui existe dans toutes les démocraties comparables à la nôtre», a-t-il encore dit.

Interrogé également sur le cumul des retraites de certains élus locaux avec celles des parlementaires, Bernard Accoyer a répondu: «Je m'en émeus. Je considère qu'il existe pour un parlementaire en exercice un plafond (qui se situe) à une fois et demi le niveau de l'indemnité parlementaire.»

Les retraites des députés sont gérées directement par l’Assemblée nationale, sur son budget. C’est le bureau de l’Assemblée qui décide des éventuelles modifications. Généralement, les députés justifient leur mode de cotisation avantageux par la particularité de leur fonction: précaire et qui coupe la vie professionnelle de celui qui devient élu.