Retraites: L'amendement sur les mères de trois enfants adopté

POLITIQUE Certaines d’'entre elles pourront partir à la retraite sans décote à 65 ans...

M.P. avec AFP

— 

Le Sénat a imprimé sa marque sur la réforme pénitentiaire qu'il a adopté vendredi, en enrichissant notablement un texte qui vise à mettre les conditions de vie dans les prisons françaises, vivement décriées, au diapason des normes européennes.
Le Sénat a imprimé sa marque sur la réforme pénitentiaire qu'il a adopté vendredi, en enrichissant notablement un texte qui vise à mettre les conditions de vie dans les prisons françaises, vivement décriées, au diapason des normes européennes. — Jacques Demarthon AFP/archives

Sans grande surprise, le Sénat a adopté lundi après-midi l’amendement gouvernemental permettant le maintien de l’âge de départ à la retraite sans décote à 65 ans pour certaines mères de trois enfants. La disposition a été votée par 184 voix contre 24. L'UMP et les centristes ont voté pour, le groupe CRC-SPG (communistes et parti de gauche) a voté contre et le groupe PS s'est abstenu ainsi que le RDSE (à majorité radicaux de gauche).

Cet amendement fait partie des gestes de l’Elysée, annoncés jeudi, quelques jours avant la journée de mobilisation de mardi. Il stipule que pourront partir à 65 ans sans décote les assurés «nés entre le 1er juillet 1951 et le 31 décembre 1955» qui ont eu ou élevé au moins trois enfants et qui ont interrompu leur activité professionnelle pour élever au moins un de ces enfants. Autre condition il faut «avoir validé avant cette interruption ou réduction de leur activité professionnelle, un nombre de trimestres minimum» qui sera fixé par décret. Eric Woerth a précisé qu’il s’agira de «3 ou 4 trimestres».

Deux irreductibles dans la majorité

Pour l’opposition - comme pour les syndicats - il ne s’agit pas d’une «avancée» mais bien «d’un recul par rapport à la législation existante». Elle a tenté d'en élargir le champ via des amendements, en vain.

Dans la majorité, deux femmes ont montré leur désaccord sur le sujet. Outre Jacqueline Panis qui avait déposé un sous-amendement, Catherine Morin-Desailly (Union Centriste) a regretté que cet amendement «reste très en deçà de ce que nous aurions pu faire». «On ne peut pas à la fois dire 'il faut réformer les retraites' et dire 'il n'y a que des exceptions à la réforme'. Trois enfants, cela répond à la question posée, où y a-t-il inégalité femme/homme en terme de trimestres?», a répondu Eric Woerth.

L'article phare de la réforme, qui reporte de 65 à 67 ans l'âge de la retraite sans décote, c'est-à-dire même si la durée de cotisation nécessaire n'est pas atteinte , doit être voté dans la journée de mardi.