Michèle Alliot-Marie est «prête» pour Matignon

POLITIQUE Si Nicolas Sarkozy lui demande...

20 Minutes avec AFP
— 
F.GUILLOT / AFP

La garde des  Sceaux Michèle Alliot-Marie affiche ses ambitions pour le poste de  Premier ministre en affirmant dans Le Figaro à paraître lundi que «c'est  un devoir d'être prête» pour Matignon et en évoquant le besoin d'un «nouvel élan».

«Quand on arrive à un certain niveau de responsabilité  politique, il faut se tenir informé de tous les grands dossiers et être  prêt à répondre à toute demande», explique la ministre de la Justice.

«Depuis ma présidence du RPR, je me suis intéressée à tous  les sujets, j'ai pris l'habitude de rencontrer des économistes, des  chefs d'entreprise, des universitaires, les leaders syndicaux... Et je  n'ai jamais cessé depuis, que ce soit à la Défense, à l'Intérieur ou  aujourd'hui à la Chancellerie», insiste Michèle Alliot-Marie qui a occupé  ces trois ministères régaliens.

«Valoriser nos atouts et faire redémarrer l'ascenseur social»

C'est pourquoi, alors que Le Figaro lui demande si elle se  sent prête pour Matignon, elle répond que «c'est un devoir d'être prête,  si c'était la décision du président».

A dix-huit mois de la présidentielle, alors que se profile un  remaniement annoncé par Nicolas Sarkozy, Michèle Alliot-Marie distingue «le temps des premières réformes: les plus structurelles, les plus  difficiles», puis «celui de la mise en perspective de l'acquis, et d'un  nouvel élan».

Evoquant le «pessimisme ambiant» en plein conflit sur la  réforme des retraites, elle estime que «pour redonner foi en l'avenir,  il faut valoriser nos atouts et faire redémarrer l'ascenseur social,  notamment en relançant la promotion professionnelle dans la fonction  publique comme dans le secteur privé». Michèle Alliot-Marie est régulièrement citée comme possible  successeur de François Fillon, même si son collègue de l'Ecologie  Jean-Louis Borloo la devance dans les sondages.