Sarkozy hésite encore... Hulot veut un vice-Premier ministre chargé du Développement durable...

JOURNAL DU REMANIEMENT Toutes les infos, toutes les rumeurs sur le grand mercato du gouvernement...

C. L. avec AFP

— 

L.BONAVENTURE / AFP

Le grand jeu des chaises musicales doit avoir lieu cet automne au gouvernement. Entre déclarations sibyllines et actes de candidature plus ou moins déguisés, les rumeurs vont bon train. Quelles surprises nous réserve le remaniement? Qui sera le maillon faible? Les dernières infos, c’est tous les jours sur 20minutes.fr dans le journal du remaniement.

>> Retrouvez le journal du remaniement du mercredi 6 octobre en cliquant ici

Jeudi 7 octobre

Nicolas Sarkozy ne connaît pas le nom de son futur Premier ministre

Alors que le monde politique bruisse de rumeurs sur le nom du prochain Premier ministre, Nicolas Sarkozy n’aurait pas encore fait son choix. C’est du moins ce qu’affirme son conseiller spécial Henri Guaino.
Interrogé par Canal+ sur le nom de celui qui pourrait remplacer François Fillon à Matignon à l'occasion du prochain remaniement, Henri Guaino a déclaré qu'il l'ignorait et qu'à son avis «personne» ne le savait. «Même pas le président?», l'a-t-on interrogé. «Non, je pense que quand il le connaîtra il le dira», a répondu Henri Guaino, qui a ajouté: «Je pense qu'aujourd'hui il ne le sait pas.»

«Il va le décider sans doute la veille et il va convoquer le Premier ministre sortant puis le prochain. Voilà. Peut-être que ce sera le même d'ailleurs», a ajouté le conseiller du président.

 

Nicolas Hulot plaide pour l’environnement

L’écologiste Nicolas Hulot voit grand pour le développement durable dans le prochain gouvernement. Interrogé, au cours d’une conférence de presse, sur la possibilité de voir Jean-Louis Borloo nommé à Matignon, Nicolas Hulot a répondu: «Ce qui nous plairait bien, c'est qu'il nous mette un vice-Premier ministre comme on l'avait demandé au moment du Pacte» écologique lancé en 2007.

«Il y a quelques personnes» capables d'occuper un tel poste, selon Nicolas Hulot. «Il faudrait quelqu'un qui a la conviction, la connaissance», a-t-il ajouté, sans plus de précision.