De Villiers démissionne de la présidence du Conseil général de Vendée

POLITIQUE Il était président de l'Assemblée départementale depuis 1988...

M.P.

— 

Philippe de Villiers, le 7 mai 2010 à La Roche-sur-Yon, après le passage de la tempête Xynthia.
Philippe de Villiers, le 7 mai 2010 à La Roche-sur-Yon, après le passage de la tempête Xynthia. — N. FAVREAU/AFP

Philippe de Villiers abandonne son fief vendéen. Le président du MPF a annoncé ce jeudi matin, par communiqué, qu'il quittait la présidence du Conseil général de Vendée. «A la suite d'une décision mûrement réfléchie, je m'en vais. A la date du 31 octobre, je quitte la présidence du Conseil Général et le Conseil Général», explique celui qui présidait l'Assemblée départementale depuis 1988.

«La réforme territoriale, la fin de l'autonomie fiscale, l'esprit de l'époque, les impatiences rendent ma décision opportune, sage et nécessaire», se justiffie-t-il dans un «message à tous les Vendéens».

Une surprise

Cette décision est une surprise puisqu'il avait annoncé en juillet dernier qu'il serait candidat à sa succession lors des cantonales de mars 2011, selon Ouest-France.

Philippe de Villiers, qui s'est rapproché de l'UMP à la faveur des européennes de 2009, a expliqué qu'il s'agissait d'une «décision irrévocable» mais assuré que ce n'était pas un «retrait de la vie politique», rapporte le quotidien régional. 

L'an dernier, Philippe de Villiers, 61 ans, avait annoncé qu'il souffrait d'un cancer de l'oeil gauche.