Kouchner se fait chambrer à l'Assemblée... Nadine Morano est prête pour Matignon

JOURNAL DU REMANIEMENT Toutes les infos, toutes les rumeurs sur le grand mercato du gouvernement...

J. M.

— 

Le grand jeu des chaises musicales doit avoir lieu cet automne au gouvernement. Entre déclarations sibyllines et actes de candidature plus ou moins déguisés, les rumeurs vont bon train. Quelles surprises nous réserve le remaniement? Qui sera le maillon faible? Les dernières infos, c’est tous les jours sur 20minutes.fr dans le journal du remaniement.

>> Les infos du mardi 28 septembre sont par ici

Mercredi 29 septembre

Kouchner se fait chambrer dans l’Hémicycle
Annoncé sur le départ, le ministre des Affaires étrangères a eu droit à sa petite chanson d’adieu, mardi à l’Assemblée. «Au revoir! Au revoir!», ont lancé les députés socialistes au moment de sa prise de parole lors des questions d’actualités. D’abord timide, la clameur a été crescendo tout au long de l’intervention du ministre d’ouverture.

Morano est prête pour Matignon
La secrétaire d'Etat à la Famille, sarkophile patentée, a de l'ambition. Elle se verrait bien promue lors du prochain remaniement: directement à Matignon, selon des propos tenus la semaine dernière lors des journées parlementaires de Biarritz, rapportés par Le Canard Enchaîné. «Moi, on me dit "T’y vas", j’y vais demain. J’ai peur de rien». 

Et Alain Juppé aussi...
Après la tentation de Venise, la tentation de Matignon? En tout cas, le maire de Bordeaux ne se prive pas de dire à ses proches que l'hypothèse le séduit, quinze ans après avoir été le Premier ministre de Jacques Chirac. «Ça ne me déplairait pas», explique-t-il, selon Le Point. Dans le même temps, Alain Juppé explique les raisons qui font que Nicolas Sarkozy ne le nommera pas: «Primo, il pense que je ne suis pas assez populaire. Secundo, je lui fais peur».

Woerth n’est «pas préoccupé par le remaniement»
Le ministre du Travail tient bon la barre en pleine tempête judiciaire. «Je ne suis pas préoccupé par le remaniement», a-t-il affirmé dans un entretien au journal Direct Matin. La raison? «Je me concentre sur les retraites, a expliqué le ministre. C’est une réforme essentielle pour les Français, elle mérite toute mon énergie.» Il ya peu, Eric Woerth annonçait cependant «souhaiter, bien sûr» rester au gouvernement après le remaniement.

Copé préfère la place de Bertrand à celle de Fillon
«Pour moi, ce ne sera pas Matignon.» Jean-François Copé, interrogé par Le Monde, a tordu le cou à la rumeur qui en faisait le remplaçant de François Fillon. Le chef de file UMP à l’Assemblée a d’autres projets: «J’ai dit que je souhaitais le parti. S’il me le donne, il me le donne. S’il ne me le donne pas, il ne me le donne pas.» «Il», c’est Nicolas Sarkozy, avec qui le prétendant déjeûnra en tête-à-tête vendredi. Le problème, c’est qu’à la tête de l’UMP, il y a déjà Xavier Bertrand, qui n’entend pas faire place nette.