Après Matignon, Fillon veut un «nouveau challenge»

POLITIQUE C'est ce qu'a déclaré le Premier ministre ce dimanche...

C. L. avec AFP

— 

P.VERDY / AFP

Restera, restera pas? Alors que le tout Paris bruisse de rumeurs sur le prochain remaniement ministériel et le changement éventuel de Premier ministre, François Fillon évoque l'avenir. Et un avenir loin de la rue de Varenne.

Dans un entretien à France 2, diffusé dimanche,  Fillon évoque directement ses ambitions après Matignon en envisageant de se fixer un «nouveau challenge». Sans dire ce qu'il pourrait être, il refuse cependant l'idée qu'il pourrait «recommencer en bas du terrain».

«Ne pas recommencer en bas»

«Après Matignon, il peut y avoir une autre vie. Est-ce qu'il peut y avoir une autre vie politique? Sûrement», avance le Premier ministre, dont le départ à l'occasion du remaniement préparé par l'Elysée est de plus en plus probable.

«J'ai un engagement politique qui a maintenant plus de 30 ans, je ne me vois pas (...) faire ce que j'ai vu beaucoup d'autres responsables politiques faire, c'est-à-dire, après avoir exercé des responsabilités fortes, recommencer presque en bas du terrain», poursuit le chef du gouvernement.

«Il faut avoir envie»

«Je pense qu'il faut à chaque fois pouvoir se fixer un nouveau challenge, poursuit-il. Ce challenge peut être dans la politique, il peut être en dehors de la politique mais il faut avoir un objectif, il faut avoir envie, il faut pouvoir se dépasser. Si on ne peut pas se dépasser, alors la lassitude et l'ennui certainement finissent par l'emporter», dit-il encore.

Egalement interrogé sur ses rapports avec le président de la République, le Premier ministe affirme que «Nicolas Sarkozy n'a jamais été son mentor». Une déclaration qui a surpris les commentateurs politiques mais n'a pas étonné la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, qui a précisé que le mentor de Fillon était Séguin.