Jack Lang dénonce une entente sur les primairs socialistes

AFP

— 

Le PS va-t-il retomber dans les querelles intestines? En tous cas, les voix discordantes, qui s'étaient tues un moment se font à nouveau entendre. L'ancien ministre socialiste Jack Lang a estimé dimanche qu'une «entente» entre Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn avant les primaires socialistes constituerait un «détournement de l'esprit» de cette consultation.

Alors que le député Claude Bartolone a provoqué des remous dans son camp en parlant d'«entente», Jack Lang a lancé cette mise en garde sur Radio J: «Le chantage à l'unité, ça suffit!» «Le principe des primaires, a-t-il poursuivi, ce n'est pas de choisir entre tel ou tel personnage, mais de faire émerger des candidatures nouvelles hors des clans, hors des arrangements de clans.»

Lui-même, a-t-il l'intention de se présenter? «Nous verrons bien», répond Jack Lang. «J'ai bien l'intention de ne pas passer sous la table, de peser sur la décision et de faire entendre la voix de la jeunesse qui m'accorde sa confiance», ajoute le député du Pas-de-Calais. Avant de conclure: «J'apporterai mon soutien à celui ou à celle des candidats qui exprimeront une vraie volonté de changement.»