Luxembourg: François Fillon s’excuse

DIPLOMATIE Un sénateur de l'UMP, Philippe Marini, avait affirmé que le Luxembourg n'aurait pas dû exister...

M.P. avec AFP

— 

P.VERDY / AFP

Alors que les relations entre la France et le Luxembourg sont très tendues en raison de la passe d’arme entre l’Elysée et Viviane Reding sur les Roms, un sénateur UMP a cru bon de devoir mettre de l’huile sur le feu en affirmant que le Grand Duché n’aurait pas dû exister. Forçant François Fillon à jouer les pompiers et s’excuser lundi auprès de son homologue luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, selon le ministre des Affaires étrangères du Luxembourg, Jean Asselborn. «Notre Premier ministre vient de m’informer que François Fillon venait de lui téléphoner pour s’excuser», a expliqué le diplomate luxembourgeois.

Interrogé samedi sur les critiques de la commissaire européenne luxembourgeoise Viviane Reding sur la politique française visant les Roms, le sénateur de la majorité Philippe Marini avait répondu qu’il «aurait préféré qu'en 1867 Napoléon III et Bismarck aient un entretien qui débouche autrement et que le Luxembourg n'existe pas». «Ces idées sont nulles du point de vue historique et culturel. En ce qui concerne l¹approche européenne, ce discours dépasse vraiment ceux qui ont été tenus par Jean-Marie Le Pen et le Front national et me semblent du même niveau que les discours de (Mahmoud) Ahmadinejad», a commenté Jean Asselborn.

«Le Luxembourg est un pays ami»

Avant que François Fillon ne s’excuse, le Quai d’Orsay avait fait part lundi midi de sa «surprise». «Le Grand-Duché de Luxembourg est un pays ami, cofondateur du Marché commun, proche de nous par son histoire et sa culture, profondément attaché à la francophonie et dont la contribution à la construction européenne est unanimement appréciée», a assuré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères. «Ces déclarations ne sauraient en aucun cas remettre en cause cette amitié et la coopération étroite que nous entretenons avec le Luxembourg tant sur le plan bilatéral qu'au sein de l'Union européenne», a conclu le porte-parole.

Les relations bilatérales entre les deux pays ont été «plombées» la semaine dernière par la polémique sur les Roms. Viviane Reding avait comparé la politique française vis-à-vis de cette population avec la Seconde Guerre mondiale. En retour, Nicolas Sarkozy avait invité le Luxembourg à accueillir les Roms sur son sol.