Retraites: Les sénateurs auront un peu de «marge» pour amender le texte

POLITIQUE C'est Nicolas Sarkozy qui l'a dit...

M.P. avec AFP
— 
Le Sénat a imprimé sa marque sur la réforme pénitentiaire qu'il a adopté vendredi, en enrichissant notablement un texte qui vise à mettre les conditions de vie dans les prisons françaises, vivement décriées, au diapason des normes européennes.
Le Sénat a imprimé sa marque sur la réforme pénitentiaire qu'il a adopté vendredi, en enrichissant notablement un texte qui vise à mettre les conditions de vie dans les prisons françaises, vivement décriées, au diapason des normes européennes. — Jacques Demarthon AFP/archives

Tandis que les esprits s’échauffaient du côté du Palais Bourbon, où la réforme des retraites était sur le point d’être votée, Nicolas Sarkozy recevait pour déjeuner les sénateurs de la majorité à l’Elysée. Le chef de l’Etat leur a promis qu’ils auraient un peu de «marge» sur le texte lors de l’examen du texte au Palais du Luxembourg, ont rapporté les participants.

>> Ce qui a été voté dans la nuit de merdi à mercredi, c'est ici

«Il nous a dit qu'au-delà du coeur de la réforme (les mesures d'âge, ndlr), on pouvait encore regarder un certain nombre de problèmes», a indiqué à la presse le sénateur de Haute-Marne Bruno Sido. «Il y a encore un peu, probablement non pas de grain à moudre mais des ajustements à réaliser au Sénat», a-t-il ajouté.

«Il nous laisse faire»

Et cela pourrait se jouer sur la pénibilité, notamment, c’est du moins ce qu’a confirmé le sénateur Bruno Gilles: «nous aurons un petit peu de marge au Sénat, sans doute pour aller un petit plus loin pourquoi pas sur la pénibilité (...) c'est ouvert». «Il nous laisse faire, bien sûr, puisque c'est la règle de la démocratie. Il ne nous a pas dit ‘il faut le voter en l'état’, ‘vous n'avez pas le droit de l'amender’, mais il a parfaitement attiré notre attention sur le fait qu'il ne fallait pas faire n'importe quoi puisque c'est l'avenir des Français», a tenté de rassurer le sénateur de Seine-et-Marne Michel Houel.

L’Assemblée nationale a adopté le texte un peu avant 16h00, à l’issue d’une journée mouvement dans l’hémicycle. Les députés de l’opposition, très remontés, comptent désormais sur leurs collègues sénateurs pour rétablir l’équilibre.