Affaire Bettencourt: François Fillon déplore «les fuites répétées» émanant du cabinet de Michèle Alliot-Marie

POLITIQUE «On ne peut pas laisser un magistrat violer le secret de l'enquête», a-t-il ajouté...

avec AFP

— 

P.VERDY / AFP

François Fillon a déploré ce mardi, devant les députés UMP, «les fuites répétées émanant du cabinet de la garde des Sceaux» Michèle Alliot-Marie sur l'affaire Woerth/Bettencourt, jugeant que «la République ne peut pas accepter» que soit «violé le secret de l'enquête».

Evoquant lors de la réunion hebdomadaire à huis-clos du groupe UMP à l'Assemblée nationale les accusations de violation du secret des sources portées par Le Monde contre l'Elysée, le Premier ministre a estimé qu'il fallait «remettre les choses à l'endroit», selon des participants.

«On ne peut pas laisser un magistrat violer le secret de l’enquête»

«Que les journalistes recherchent, c'est normal. On ne peut pas laisser un magistrat violer le secret de l'enquête. Quelle République accepterait cela?», a-t-il ajouté sans préciser plus avant son propos.

La petite phrase lancée sur le cabinet de Michèle Alliot-Marie a suscité une vive surprise parmi les députés UMP rassemblés salle Colbert.

«C'était très dur, très violent cette charge contre MAM», dont le nom est cité dans la presse comme possible successeur de François Fillon à Matignon, a commenté un élu UMP.

«Quand on connaît un peu François (Fillon), on sait qu'il ne dit jamais rien au hasard. Cette phrase n'en prend que plus de poids», ajoute une autre source parlementaire.