Eric Besson n'était pas au courant de la circulaire sur les Roms

POLEMIQUE D'après lui, c'est au ministère de l'Intérieur «d'en répondre»...

Corentin Chauvel

— 

G.GOBET / AFP

Eric Besson n’était pas au courant. «Cette circulaire (ciblant spécifiquement les Roms, ndr), je ne la connaissais pas, je n'en étais pas destinataire et je n’avais pas à la connaître», a indiqué ce lundi matin le ministre de l’Immigration sur le plateau des «4 vérités» sur France 2, précisant qu’elle n’émanait pas de ses services.

«Je ne sais pas si c'est une maladresse»

Visiblement agacé d’être interrogé à ce sujet, Eric Besson a préféré renvoyer la balle place Beauvau, d’où provient la circulaire. «Je ne sais pas si c'est une maladresse, c’est au ministère de l’Intérieur et plus exactement au directeur de cabinet (auteur de la circulaire, ndr) d’en répondre», a-t-il ajouté. Interrogé à nouveau sur le sujet lors d'une conférence de presse en fin de matinée, le ministre de l'Immigration a plusieurs fois disculpé son homologue de l'Intérieur. 

«Je n'ai pas de divergence avec Brice Hortefeux», a indiqué Eric Besson, insistant sur le fait que la circulaire était signée de son directeur de cabinet et que toute demande de renseignement supplémentaire devait lui être adressée. 

«Nous ne connaissons pas le concept de minorités ethniques»

«Nous ne connaissons pas le concept de minorités ethniques, on ne connaît pas autre chose que des étrangers en situation illégale», a encore dit Eric Besson sur France 2. Celui-ci a rappelé en conférence de presse que les seules circulaires valables étaient celles du 24 juin dernier, cosignée avec le ministre de l'Intérieur, et du 10 septembre qui précisent les conditions de démantèlement et de séjour des étrangers communautaires. 

Souhaitant couper court à toute polémique à son encontre, et prêt à adopter la tactique footballistique du «catenaccio», le ministre de l’Immigration a répété qu’il connaissait l’action que menait ses services. «Il ne faut pas varier du cap républicain. L’action du gouvernement n’est pas suspecte, la France est ferme et généreuse» en matière d’immigration, a conclu Eric Besson.