Sarkozy n'est «absolument pas un président des riches»

POLITIQUE C'est son plus proche conseiller, Claude Guéant, qui l'assure, décrivant un président à la vie quasi monacale...

M.P. avec AFP
— 
Nicolas Sarkozy au Bourget, le 23 juin 2007.
Nicolas Sarkozy au Bourget, le 23 juin 2007. — MALGLAIVE-POOL/SIPA

Claude Guéant est monté au créneau dimanche soir pour défendre Nicolas Sarkozy, à la veille d’une semaine cruciale qui verra la réforme des retraites être examinée à l’Assemblée et contestée dans la rue. D’après lui, le chef de l’Eta n’est «absolument pas un président des riches», concédant toutefois que certains faits ont pu laisser penser le contraire. «C'est vrai que nous gardons du début du quinquennat quelques images qui ont pu troubler, accréditer cette thèse. Il le sait lui-même et il en convient», a déclaré le secrétaire général de l’Elysée lors du Grand rendez-vous Europe 1/le Parisien.

Claude Guéant faisait certainement référence au soir de l’élection de Nicolas Sarkozy, lorsque le tout nouveau président avait convié famille et amis dans le très luxueux restaurant le Fouquet's, sur les Champs Elysées, avant de partir quelques jours sur un yacht prêté par l'homme d'affaires Vincent Bolloré. «Président des riches», c’est le nom du dernier ouvrage des sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, qui traite du chef de l’Etat.

«Il va dans sa maison, il ne bouge pas»

Et contrairement à ce qu'on a pu croire, Nicolas Sarkozy n'est pas bling-bling pour un sou, a expliqué le bras droit du président. «Prenons sa vie personnelle! C'est très simple: Nicolas Sarkozy travaille tout le temps, donc il ne fait pas la fête, rien du tout. Le week-end, il regarde un film avec sa femme. Quand il a un petit instant, il lit. Mais l'essentiel, c'est qu'il travaille tout le temps», a décrit  Claude Guéant. «Cet après-midi, je vais passer encore la quasi totalité de l'après-midi avec lui parce que, sans cesse, il va faire des réunions, recevoir des gens etc...», a-t-il ajouté. Une vraie vie monacale, toute entière tournée vers le travail,  insiste Claude Guéant. «Pendant ses vacances, c'est très simple. Il va dans sa maison, il ne bouge pas», a détaille-t-il. 

Et «dans le domaine politique, il n'est absolument pas un président des riches», a fait valoir le secrétaire général de l’Elysée. Et d’énumérer les différentes mesures qui en sont la preuve: la possibilité de faire des heures supplémentaires - «c'est fournir du pouvoir d'achat» -, la revalorisation du minimum de vieillesse, la création de 6.000 places dans des internats d'excellence et l'engagement de prendre 30% de boursiers dans les classes préparatoires aux grandes écoles.