Affaire Woerth: Nicolas Sarkozy renouvelle son soutien à son ministre pour mener la réforme des retraites

POLITIQUE Mais il n'a pas fait plus de commentaires...

avec AFP

— 

Nicolas Sarkozy lors de son discours à la 18e conférence des ambassadeurs le 25 août 2010 à l'Elysée.
Nicolas Sarkozy lors de son discours à la 18e conférence des ambassadeurs le 25 août 2010 à l'Elysée. — AFP/LIONEL BONAVENTURE

Nicolas Sarkozy a renouvelé publiquement vendredi en Côte-d'Or son soutien à Eric Woerth, englué dans l'affaire Bettencourt, en répondant «oui» à une question sur la légitimité de son ministre du Travail pour défendre la réforme des retraites.

Interpellé par la presse à l'issue d'une table-ronde sur l'industrie dans l'usine Valinox Nucléaire de Montbard, Nicolas Sarkozy a répondu par un «oui» appuyé à la question «est-ce que vous apportez toujours votre soutien à Eric Woerth?»

A l'autre question «est-ce que le ministre du Travail est toujours à même de défendre la réforme des retraites?», le chef de l'Etat s'est contenté d'acquiescer, sans faire plus de commentaire.

Appel à la démission

Contrairement à ce qu'il avait toujours assuré, Eric Woerth a concédé pour la première fois jeudi être intervenu dans l'attribution de la Légion d'honneur au gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, qui a employé sa femme et compte parmi les donateurs de l'UMP.

A quatre jours du coup d'envoi du débat parlementaire sur la réforme des retraites et d'une manifestation des syndicats, ces propos ont placé le ministre du Travail dans une situation très délicate.

A gauche des voix se sont élevées pour demander la démission de Eric Woerth et plusieurs responsables syndicaux ont jugé que son maintien leur posait «un vrai problème».