FN: Bruno Gollnisch, Marine Le Pen, deux candidats front contre front

POLITIQUE La campagne interne au FN pour la succession de Jean-Marie Le Pen débute ce mercredi…

Vincent Vantighem

— 

Bruno Gollnisch (G) et Marine Le Pen lors d'une session au Parlement européen à Strasbourg, le 7 juillet 2010.
Bruno Gollnisch (G) et Marine Le Pen lors d'une session au Parlement européen à Strasbourg, le 7 juillet 2010. — G. GOBET / AFP

Au Front National, Nicolas Sarkozy a l’habitude de faire l’unanimité contre lui. Pourtant, ces dernières semaines, c’est un tract à son effigie qui a divisé le parti d’extrême-droite en deux. Sur l’affiche, ce ne sont ni les Ray-Ban du chef de l’Etat, ni ses propos – «Salut aux pov’cons qui paient!» - qui font débat mais une simple phrase en bas de la page. «Avec Marine Le Pen, dites non à la corruption et aux affaires!»

Le problème, c’est que Marine Le Pen n’est pas encore présidente du Front National. Juste candidate à la succession de son père. Au même titre que Bruno Gollnisch qui n’a pas vraiment apprécié le tract. Alors que débute ce mercredi la campagne interne au FN, le député européen a l’impression de partir avec une longueur de retard sur sa concurrente. «C’est une femme et, surtout, elle a le nom de son père, explique Jean-Yves Camus, politologue spécialiste de l’extrême droite. Et puis, elle est plus jeune: elle incarne l’avenir.»  Jean-Marie Le Pen n’a d’ailleurs pas manqué d’afficher sa préférence familiale pour sa succession, réaffirmée dimanche à  l'université d'été du Front national de la jeunesse (FNJ)

Le «dévoiement au système» de Marine?

Paradoxalement, c’est ce qui pourrait poser problème à la fille du président. «Il ne faut pas confondre les électeurs et les adhérents du Front, poursuit Jean-Yves Camus. Marine séduit les électeurs. Mais les adhérents du Front sont sur une ligne plus traditionnelle qu’incarne Bruno Gollnisch.» Et si les électeurs éliront le président de la République en 2012, les adhérents éliront celui du FN en janvier prochain. Assez âgés, les adhérents ont toujours revendiqué le fait d’appartenir à un parti sans concession avec le «système». Et pour certains, accepter les invitations sur les plateaux télé et faire partie des sondages d’opinion aux côtés de Martine Aubry et Nicolas Sarkozy apparaît déjà comme un «dévoiement au système».

Quand Marine prend ses distances avec son père, Bruno Gollnisch joue, donc lui, la carte de la radicalité. «Mais c’est plus une tactique qu’une véritable expression de sa personnalité, poursuit Jean-Yves Camus. Au final, je pense que Marine Le Pen l’emportera. Mais la vraie question, c’est avec quel écart de voix et avec un parti dans quel état?» Réponse en janvier prochain après quatre mois de campagne qui s’annonce musclée.

CAMPAGNE

Seuls les adhérents du Front National à jour de cotisation le 4 décembre pourront participer au vote. Ils auront jusqu’au 8 janvier 2011 pour se décider. Les résultats seront proclamés le 16 janvier lors du congrès de Tours. Le parti estime à entre 15 et 18 000 le nombre de ses adhérents.