Emplois fictifs: il y a bien eu un accord entre Sarkozy et Chirac, selon «Le Canard Enchaîné»

POLITIQUE Malgré le démenti de l'UMP, le chef de l'Etat se serait bien engagé à indemniser la ville de Paris dans ce dossier...

B.D.

— 

Nicolas Sarkozy serre la main de Jacques Chirac lors d'une cérémonie au Mont Valérien, à Suresnes, le 18 juin 2010.
Nicolas Sarkozy serre la main de Jacques Chirac lors d'une cérémonie au Mont Valérien, à Suresnes, le 18 juin 2010. — AFP PHOTO / POOL / CHRISTOPHE ENA

Accord ou pas accord? Malgré le démenti de Dominique Paillé, le porte-parole de l'UMP, le Canard Enchaîné persiste et signe: oui, il y a bien eu un accord entre Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac en ce qui concerne l'indemnisation de la ville de Paris. L'hebdomadaire confirme ainsi ses informations publiées la semaine passée, indiquant que Nicolas Sarkozy avait pris cet engagement lors d'un déjeuner dans le restaurant parisien Tong Yen avec l'ancien chef de l'Etat le 15 juin dernier.

Dans les faits, l'UMP indemniserait la ville de Paris pour le coût des emplois présumés fictifs de la Ville de Paris - une facture allant de 3,5 à 5 millions d'euros - et la ville ne se porte pas partie civile dans le procès de Jacques Chirac. L'ancien président doit en effet être jugé, soit en novembre, soit en février prochain, devant le tribunal correctionnel de Paris, pour «détournement de fonds publics», pour 21 emplois présumés fictifs de chargés de mission à son cabinet de maire de la capitale, entre 1992 et 1995.

Le procès Chirac aurait donc bien lieu, mais le tribunal statuerait alors sans plaignant ni accusation, puisque le parquet a requis un non-lieu à la fin de l'instruction et ne demandera donc pas, en principe, de condamnation de Jacques Chirac.