Sarkozy dicte à Fillon les mesures pour réduire le train de vie de l'Etat

POLITIQUE Le chef de l'Etat a adressé une lettre à son Premier ministre...

avec AFP

— 

Nicolas Sarkozy et François Fillon.
Nicolas Sarkozy et François Fillon. — P. WOJAZER / EPA / SIPA

Comme attendu, Nicolas Sarkozy a confirmé dans une lettre adressée à François Fillon que le train de vie de l'Etat allait être «vigoureusement réduit», alors que plusieurs affaires impliquant des ministres (l'affaire Bettencourt et Eric Woerth, la mission de Christine Boutin, les cigares Christian Blanc, les logements Christian Estrosi...) se sont succédé.

Au rang des mesures, figurent notamment des «sanctions» en cas d'utilisation abusive par les ministres de deniers publics. Leurs frais privés devront en outre être payés «sur leurs deniers personnels».

Fin des chasses présidentielles

Le chef de l'Etat confirme par ailleur la suppression en 2010 de la garden-party du 14 juillet et annonce la fin des chasses présidentielles, qui «seront remplacées par de simples battues de régulation».

Autre annonce, la suppression de 10.000 véhicules et 7.000 logements de fonction «d'ici à 2013».

«Un impératif moral»

«A l'heure où nos concitoyens sont frappés par la crise, l'Etat doit, plus que jamais, faire preuve d'exemplarité», affirme Nicolas Sarkozy. Pour le chef de l'Etat, «la recherche d'économies au sein des administrations est une nécessité pour redresser nos finances publiques. Elle est également un impératif moral».

«Ceux qui incarnent l'intérêt général ne peuvent être exonérés de l'effort demandé à la Nation, poursuit-il. Ils ont une responsabilité particulière qui découle de leur mission, celle de faire un usage irréprochable de l'argent public.»