Affaire Bettencourt: Florence Woerth avait «sous-estimé le conflit d'intérêts»

POLEMIQUE L'épouse du ministre du Travail se justifie après sa démission...

C. F.

— 

C.PLATIAU / REUTERS

Florence Woerth aurait-elle pêché par naïveté? L'épouse du ministre du Travail, aux prises avec l'affaire Bettencourt, reconnaît qu'elle avait «sous-estimé ce conflit d'intérêts» dans les colonnes du Monde daté de mardi. Depuis 2007, elle travaillait chez Clymène, la société qui gère la fortune de l'héritière de L'Oréal, la plus importante de France, alors que son mari était ministre du Budget. Ce dernier est soupçonné d'avoir fermé les yeux sur des fraudes fiscales de Liliane Bettencourt.

«Alors que j'étais à la Compagnie 1818 [la banque privée des Caisses d'épargne], deux de mes clients ont reçu un avis de contrôle fiscal, révèle-t-elle. Eric venait d'être nommé depuis quarante-huit heures [au ministère du budget à Bercy]. Cela devenait compliqué. J'ai pensé que je serais plus protégée de ce genre de problème chez Clymène.»  

Florence Woerth souligne, par ailleurs, qu'elle a eu, avant sa démission le 25 juin, «une discussion orageuse» avec son patron Patrice de Maistre. La semaine dernière, elle avait affirmé que son «départ était de toute façon prévu car je ne m'entendais pas avec mon patron».