Eric Woerth annule une réunion des donateurs de l'UMP

M. P. avec AFP

— 

Eric Woerth , ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction Publique, le 18 juin 2010 à Paris.
Eric Woerth , ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction Publique, le 18 juin 2010 à Paris. — E. DESSONS/SIPA

Finalement, la double casquette ministre et trésorier de l’UMP semble un peu lourde à porter pour Eric Woerth. L’ancien ministre du Budget, actuellement ministre du Travail en charge du dossier des retraites, a décidé d’annuler une réunion du Premier cercle, réunissant les donateurs aisés du parti majoritaire, qui devait se tenir ce lundi soir, rapporte lepoint.fr. D’après le site Internet, ce Premier cercle compte environ 400 adhérents qui paient entre 3.000 et 7.500 euros l’année pour «approcher le chef de l’Etat».

«Chers amis, nous avons le regret de vous informer du report de la réunion d'actualité prévue le lundi 28 juin à 19 heures. Cette réunion sera reprogrammée à la rentrée de septembre. En vous remerciant très sincèrement pour votre compréhension», explique ce courrier envoyé le 25 juin aux donateurs. Dans trois mois donc, avec l’espoir que la polémique sur l’affaire Bettencourt soit oubliée.

«Une cible politique»

Depuis que Mediapart a diffusé mi-juin des extraits de conversations entre Liliane Bettencourt, héritière de l’Oréal, et certains de ses conseillers, des soupçons de fraudes fiscales – finalement avérés – ont été mis au jour. Et Eric Woerth semblerait, toujours d’après ses enregistrements pirates, pourrait avoir joué un rôle dans la combine, d’autant que son épouse a travaillé dans la société chargé du patrimoine de la milliardaire.

Ce que le ministre dément avec vigueur, estimant être «une cible politique» au moment où il négocie la réforme phare du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Le chef de l’Etat, de son côté, maintient toute sa confiance à celui qui a été le grand argentier de sa campagne présidentielle de 2007. Et qui n’a, donc, jamais arrêté de tenir ce rôle depuis. Un mélange des genres dénoncé par la gauche. «Il faut qu'il y ait une clarification de la part du président de la République, on ne peut pas être trésorier de  l'UMP et membre du gouvernement de la République», a affirmé par exemple Harlem Désir, le n°2 du PS.

Xavier Bertrand, le secrétaire général de l'UMP, a confirmé lundi après-midi le report de la réunion du Premier cercle, mais démenti qu'Eric Woerth devait y participer.