Près de la moitié des sénateurs sèchent régulièrement les commissions

POLITQUE Un classement des bons et mauvais élèves est publié ce vendredi...

C. F.

— 

Des sénateurs assistent aux débats sur le projet de loi relatif à la communication audiovisuelle et au nouveau service public, le 7 janvier 2009 au Sénat.
Des sénateurs assistent aux débats sur le projet de loi relatif à la communication audiovisuelle et au nouveau service public, le 7 janvier 2009 au Sénat. — P. VERDY / AFP

Les députés avaient déjà leur classement. C'est au tour des sénateurs de voir leur activité parlementaire passée à la loupe. Le magazine Lyon Capitale publie le palmarès de l'activité des sages ce vendredi. Et le constat est impressionnant: sur les 343 élus, 150 ont participé à moins de 20 commissions en 2009-2010.
 
Pire, une dizaine d'entre eux ne mettent jamais les pieds au Sénat, selon l'hebdomadaire qui a épluché les journaux officiels de l'année écoulée pour réaliser son classement. Exemple, le sénateur François Vendasi (Haute-Corse, radical de gauche), qui ne vient jamais à Paris et ne s’en cache pas.

La palme pour Jean-Pierre Sueur

En haut du palmarès, le socialiste Jean-Pierre Sueur, qui est de loin le plus assidu des sénateurs, selon Lyon Capitale. A l'opposé, Didier Borotra, le maire centriste de Biarritz, auteur d’une seule question écrite cette année.
fermait la marche.
 
Certains biaisent et dissimulent leur inactivité derrière des textes de loi co-signés ou des questions écrites, explique Lyon Capitale. Jean-Louis Masson, sénateur indépendant ex-UMP de la Moselle, a ainsi posé 612 questions écrites en un an mais n’a jamais mis les pieds dans la commission à laquelle il appartient (culture, éducation et communication).

Le bonnet d'âne pour Gérard Collomb

Morale de l'histoire, selon l'hebdomadaire: les dix premiers du classement ne sont pas des «cumulards». A la différence, par exemple, de Gérard Collomb, sénateur-maire et président PS du Grand Lyon. Bilan de son activité parlementaire en séance publique: sept interventions. En commission, il est venu neuf fois, précise Lyon Capitale. Ce qui lui vaut le qualificatif de sénateur fantôme par plusieurs de ses collègues. Dans le classement, il laisse pourtant derrière lui une grosse centaine de sénateurs, conclut le magazine. Qui rappelle que la rémunération des élus, elle ne varie pas: 7.650 euros par mois.