Woerth pris dans la tempête de l'affaire Bettencourt

POLEMIQUE L'opposition se saisit des révélations concernant le ministre du Budget et son épouse...

C. F. avec AFP
— 
C.PLATIAU / REUTERS

L'affaire prend une tourne politique. Depuis que le nom d'Eric Woerth est apparu dans les fameux enregistrements entre Liliane Bettencourt et ses conseils, diffusés par Mediapart, l'opposition tire à boulets rouges sur le ministre du Travail.
 
Selon ces écoutes pirates, lui et son épouse auraient été au courant de supposées fraudes fiscales de l'héritière de L'Oréal. Florence Woerth est chargée depuis 2007 d'une partie de la gestion du patrimoine Bettencourt.

«Le mur de verre»

«Il y a des prudences nécessaires lorsque vous occupez une grande fonction publique», a réagi François Bayrou sur RTL ce lundi matin. «Depuis longtemps, depuis des années en France on n'a pas fait respecter le mur de verre qui devrait séparer les affaires d'argent, les affaires privées des affaires publiques», a insisté le leader du MoDem.
 
Le nouveau secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, a quant à lui estimé ce lundi sur France Culture que cette affaire révèle «la proximité très inquiétante entre les intérêts d'un certain nombre de membres du gouvernement et les intérêts des grandes fortunes et de la finance».
 
La veille, l'eurodéputée (Europe Ecologie) Eva Joly avait demandé la démission d'Eric Woerth. «Il n'est pas extraordinaire de demander à un ministre d'être irréprochable! (...) Dans une démocratie normale, la démission s'impose», avait-t-elle déclaré au site Mediapart.

Plainte contre Montebourg

Samedi, c'est le député PS Arnaud Montebourg qui avait jugé que le maintien au gouvernement du ministre «[empêcherait] que la vérité éclate». «Nous avons un ministre du Budget [portefeuille d'Eric Woerth de mai 2007 à mars 2010] en même temps trésorier de l'UMP, dont la femme travaille à organiser la fraude fiscale de Mme Bettencourt», avait-t-il accusé.
 
Eric Woerth a aussitôt annoncé que son épouse allait porter plainte pour diffamation à l'encontre d'Arnaud Montebourg.