Hénin-Beaumont a élu Eugène Binaisse comme maire

POLITIQUE Mais il est déjà contesté par le Front national...

A Lille, G.T.

— 

A Hénin-Beaumont, il faudra l’appeler «Monsieur le maire» jusqu’en 2014. Sauf future décision de justice. A peine élu ce mardi soir en conseil municipal par sa majorité, Eugène Binaisse (SE), 70 ans, ex-membre du Modem, affronte déjà un recours au tribunal administratif de l’opposition Front National. Une plongée directe dans le chaudron politique héninois pour le troisième maire de cette ville, un an après la révocation de Gérard Dalongeville (ex-PS).

Pour le FN, la valse des maires va continuer. «Les délais requis n’ont pas été respectés, assure Steeve Briois, le leader frontiste. L’élection aurait dû se faire dans les 15 jours suivant la démission de Daniel Duquenne». L’ancien maire avait démissionné le 7 mai avant de se voir déclarer inéligible par le conseil d’Etat. Selon le code des collectivités territoriales, un nouveau conseil doit être convoqué (et non tenu) dans les 15 jours. La majorité a expliqué avoir préparé ce conseil municipal crucial «avec l’aide d’un avocat». «Il faut que le FN prenne acte: on ne peut pas remettre en cause le vote tous les ans», soupire l’ancien candidat socialiste Pierre Ferrari. Eugène Binaisse succède à Daniel Duquenne (DVG), déclaré inéligible la semaine dernière par le Conseil d’Etat. «C’est le tribunal qui s’exprimera», tranche le nouvel édile. Lui s’est déjà fixé un premier cap: ramener les finances à l’équilibre.