20 Minutes : Actualités et infos en direct
REPORTAGEPour Gérald Darmanin, une claque magistrale

Projet de loi Immigration : Gérald Darmanin K.-O. debout après le rejet de son texte

REPORTAGELa motion de rejet du projet de loi du gouvernement a été votée par les députés en hémicycle
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin à l'Assemblée nationale, le 11 décembre 2023.
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin à l'Assemblée nationale, le 11 décembre 2023. - Ludovic MARIN / AFP / AFP
Thibaut Le Gal

Thibaut Le Gal

L'essentiel

  • L’Assemblée nationale a adopté, par 270 voix contre 265, une motion de rejet préalable au projet de loi immigration du gouvernement.
  • La gauche, les Républicains et le Rassemblement national infligent une très lourde défaite politique au gouvernement.
  • Mais ce vote de rejet sonne surtout comme une défaite personnelle pour Gérald Darmanin, en première ligne sur ce texte.

A l’Assemblée nationale,

Au beau milieu de l’Hémicycle, Gérald Darmanin est K.-O. debout. La motion de rejet déposée par les écologistes vient d’être adoptée ce lundi après-midi par l’Assemblée nationale. A trois petites voix près, le projet de loi immigration est donc – pour le moment – renvoyé au placard.

En signe d’affection, quelques députés et membres du gouvernement viennent taper dans le dos du ministre de l’Intérieur, toujours sonné. Car si ce vote est un coup dur pour l’exécutif, il apparaît surtout comme une défaite personnelle éclatante pour l’intéressé. Le « premier flic de France » promettait depuis des mois être capable de trouver un chemin pour faire passer ce texte crucial. Mais en politique, la méthode Coué n’est pas une stratégie infaillible.

Gérald Darmanin anticipe la défaite

« Qui a peur du débat ? » Gérald Darmanin avait ouvert la discussion en séance, à 16 heures, en ciblant d’emblée cette motion de rejet préalable. Jusqu’au bout, le ministre de l’Intérieur a tenté, ou du moins fait semblant, de convaincre les indécis. « Bien sûr, ce texte mérite d’être amélioré, et la main du gouvernement est tendue dans l’intérêt général de tous les Français », a-t-il lancé, listant les sujets sur lesquels l’exécutif pouvait encore bouger : rétablissement du délit de séjour irrégulier, débat obligatoire chaque année au Parlement, encadrement des régularisations… Le ministre allait même jusqu’à promettre une « réforme » de l’Aide médicale d’Etat au tout début de 2024 pour déminer un point de crispation avec la droite.

Mais dans son attitude comme dans son discours, le « locataire de Beauvau » semblait déjà anticiper la défaite. « Refuser le débat », soufflait-il, c’est « refuser de débattre des sujets qui intéressent les Français ». Après sa prise de parole, le ministre n’a d’ailleurs pas semblé porter beaucoup d’attention aux autres discours, préférant pianoter sur son téléphone plutôt qu’écouter les critiques contre son bilan. Quelques minutes avant le vote, Gérald Darmanin a toutefois remis une dernière salve de pression. « On doit répondre à la demande d’exigence des Français, on doit être à la hauteur de la fonction. Moi, je n’ai pas peur du débat, et je le souhaite. Il y a des millions de Français qui nous regardent », a-t-il lancé, critiquant vertement l’alliance de circonstance de la Nupes, des LR et du RN. « J’ai bien vu vos clins d’œil au Rassemblement national, et vos compromissions avec le parti de Marine Le Pen. Plus jamais aucune leçon de morale politique ! », a-t-il fustigé en direction de la gauche.

Appels à la démission

Le projet gouvernemental n’est, certes, pas encore définitivement enterré. Il pourrait revenir à l’Assemblée nationale après un passage par le Sénat ou par une commission mixte paritaire (qui réunit sénateurs et députés). Mais Gérald Darmanin sera-t-il là pour le porter ? Après le camouflet, de nombreux membres de l’opposition ont appelé le ministre à la démission. « Il a échoué à l’Assemblée nationale. Ça fait maintenant un an que M. Darmanin porte cette loi, il n’a qu’à partir avec sa loi sous le bras », a cinglé Mathilde Panot, la cheffe de file des insoumis. « Le ministre de l’Intérieur est désavoué et doit en tirer les conclusions », a abondé le patron du PS, Olivier Faure. Il « pèche par inaction, par omission et par distorsion. Son projet de loi ne contient aucune mesure d’ampleur pour reprendre le contrôle. Dans une démocratie fonctionnelle, il démissionnerait », a également fustigé sur X (ex-Twitter) le président du RN, Jordan Bardella.

Face à cette défaite, le camp présidentiel a convoqué une réunion de crise à l’Assemblée pour décider de la suite. Gérald Darmanin ne sera pas présent. Le ministre de l’Intérieur était à l’Elysée pour s’entretenir avec Emmanuel Macron. Il y a proposé sa démission. Une proposition « rejetée » par le président.

Sujets liés