20 Minutes : Actualités et infos en direct
TENSIONSUne journaliste de RCI Guadeloupe écartée après un échange avec Bardella

Accusée d’avoir mené « un débat politique » avec Bardella, une journaliste de RCI Guadeloupe évincée

TENSIONSLa journaliste a notamment lancé à au président du RN qu’il ne portait « pas de propositions » au Parlement européen
Jordan Bardella, président du RN, pendant un meeting en Guadeloupe, le 7 décembre 2023.
Jordan Bardella, président du RN, pendant un meeting en Guadeloupe, le 7 décembre 2023.  - MOREL/SIMAX/SIPA / SIPA
Laure Beaudonnet

L.Be. avec AFP

Un échange tendu qui lui a coûté sa place. Une journaliste-présentatrice de la radio privée RCI en Guadeloupe a été écartée de l’antenne après une interview particulièrement tendue avec le président du RN Jordan Bardella. Cette éviction a suscité ce dimanche une vive réprobation à gauche. Dans le journal de 13 heures vendredi, la présentatrice Barbara Olivier-Zandronis a notamment lancé à l’eurodéputé qu’il ne portait « pas de propositions » au Parlement européen.

Le responsable RN a fini par demander à l’intervieweuse : « Vous avez votre carte dans quel parti politique, Madame ? », ajoutant : « Vous m’agressez depuis à peu près neuf minutes en faisant les questions et les réponses ». À la suite de cette interview, la direction de la radio RCI a retiré la présentation du journal de 13 heures à la journaliste, en CDD depuis septembre.

« Je considère qu’elle n’a pas fait d’interview »

« Ce n’est pas la première rédaction au monde où quelqu’un est retiré de l’antenne quand il y a un couac », a justifié ce dimanche Hervé de Haro, directeur délégué de RCI Guadeloupe. « Je considère qu’elle n’a pas fait d’interview, elle a fait un débat politique. Nous ne sommes pas une radio d’opinion, et si cela avait été un autre parti cela aurait été la même chose », a ajouté ce responsable de la principale radio des Antilles.

Cette mise à l’écart a provoqué de vives réactions politiques, notamment à gauche. Cinq parlementaires de Guadeloupe, les députés Elie Califer, Max Mathiasin, Olivier Serva et les sénateurs Victorin Lurel et Solanges Nadille, ont exprimé leur « indignation » dans une lettre ouverte, estimant que « la véritable essence de la liberté de la presse est incarnée lorsque les hommes politiques sont confrontés avec des questions fondamentales et franches ».

« L’aveu d’une dérive nauséabonde »

Sur X, le leader LFI Jean-Luc Mélenchon a fustigé « la meute médiatique, qui s’est jetée sur moi pour un tweet au prétexte de la défense du métier », allusion à ses critiques contre la journaliste Ruth Elkrief, alors qu’elle « reste dans le silence » sur cette affaire. « Cette indignation à géométrie variable est l’aveu d’une dérive nauséabonde », a-t-il tranché.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Une pétition en ligne a été lancée pour « rétablir Barbara Olivier-Zandronis à l’antenne de RCI Guadeloupe », qui dépassait dimanche les 1.500 signatures. Dans un communiqué, la radio précise que la journaliste « demeure partie intégrante de la rédaction » et dit considérer « toute ingérence dans (son) entreprise comme inacceptable".

Sujets liés