20 Minutes : Actualités et infos en direct
JusticeAlexandre Benalla condamné à trois ans de prison, dont un an ferme en appel

Affaire Benalla : L’ex-garde du corps d’Emmanuel Macron voit sa peine de prison confirmée en appel

JusticeAlexandre Benalla a été condamné en appel ce vendredi à Paris à trois ans d’emprisonnement, dont un an ferme aménageable, dans l’affaire des violences du 1er mai 2018
L'ancien garde du corps du président français Alexandre Benalla arrive au Palais de Justice de Paris le 9 juin 2023 pour son procès en appel pour avoir agressé un jeune couple lors d'une manifestation du 1er mai 2018.
L'ancien garde du corps du président français Alexandre Benalla arrive au Palais de Justice de Paris le 9 juin 2023 pour son procès en appel pour avoir agressé un jeune couple lors d'une manifestation du 1er mai 2018. - Christophe ARCHAMBAULT / AFP / AFP
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

La peine est identique à celle prononcée en première instance… L’ancien chargé de mission de l’Élysée Alexandre Benalla a été condamné en appel ce vendredi à Paris à trois ans d’emprisonnement, dont un an ferme aménageable, dans l’affaire des violences du 1er mai 2018.

L’ex-proche d’Emmanuel Macron, aujourd’hui âgé de 32 ans, a en outre été reconnu à nouveau coupable d’avoir frauduleusement usé de ses passeports diplomatiques après son licenciement, fabriqué un faux document pour obtenir un passeport de service et porté illégalement une arme en 2017.

Alexandre Benalla sans commentaire

Plus de cinq ans après le scandale politique qui porte son nom, Alexandre Benalla, costume bleu foncé et lunettes rondes, a écouté à la barre la décision prononcée en quelques secondes, sans motivation de la peine.

Celui qui vit aujourd’hui en Suisse et travaille dans le privé n’a pas fait de déclaration en sortant de la salle d’audience. La cour d’appel a confirmé la peine de prison infligée par le tribunal correctionnel le 5 novembre 2021, ainsi que l’amende de 500 euros et les interdictions de porter une arme pendant dix ans et d’exercer une fonction publique pendant cinq ans.

Si le tribunal avait aménagé directement la partie ferme en détention à domicile sous bracelet électronique, la cour d’appel a décidé de laisser un juge d’application des peines (JAP) décider de l’aménagement adéquat. La peine de son coprévenu et ami Vincent Crase, 50 ans, a elle aussi été confirmée : deux ans de prison avec sursis, 500 euros d’amende et dix ans d’interdiction de port d’arme.

Une affaire à l’origine d’une tempête politique durable

Les images des deux hommes place de la Contrescarpe, filmées par le journaliste et militant Taha Bouhafs, avaient déclenché une tempête politique durable en juillet 2018, quand Le Monde avait identifié, sous le casque des forces de l’ordre, ce proche du président.

Eux qui n’assistaient au défilé qu’en tant qu’observateurs sont sanctionnés pour avoir brutalisé plusieurs personnes dans le Quartier latin en marge de la manifestation parisienne. Ils ont néanmoins été relaxés pour les violences concernant une jeune femme dans le Jardin des plantes.

Depuis l’origine, Alexandre Benalla soutient qu’il avait voulu, par « réflexe citoyen », « interpeller » des « agresseurs » de policiers, lors d’une manifestation émaillée d’incidents. La cour d’appel a estimé au contraire, comme le tribunal, qu’ils étaient bien coupables de violences en réunion et d’usurpation de la fonction de policier ce jour-là.

Sujets liés