« C’est bon pour toi, baobab ? »... Accusé d’avoir tenu des propos racistes, le patron du PS en Côte-d’Or suspendu

suspension Ce cadre du PS, également vice-président de la région Bourgogne-Franche-Comté, dénonce « un coup monté »

20 Minutes avec AFP
— 
Michel Neugnot, premier secrétaire fédéral du PS de Côte-d'Or, a été suspendu de ses fonctions après des propos présumés racistes à l'encontre d'un élu municipal de Nevers.
Michel Neugnot, premier secrétaire fédéral du PS de Côte-d'Or, a été suspendu de ses fonctions après des propos présumés racistes à l'encontre d'un élu municipal de Nevers. — Romuald Meigneux

Il aurait fauté lors d’une présentation du chantier de rénovation d’une ligne ferroviaire dans la Nièvre, le 22 août dernier. Michel Neugnot, premier secrétaire fédéral du Parti socialiste de Côte-d’Or, aurait répondu à une question de Mahamadou Sangaré, élu municipal à Nevers, par « c’est bon pour toi, baobab ? ».

Le Parti socialiste a annoncé mercredi avoir suspendu de ses fonctions à titre conservatoire l’élu, qui est par ailleurs vice-président de la région Bourgogne-Franche-Comté. La décision a été prise « à la majorité de ses membres » de saisir la Commission nationale des conflits à la suite de ces propos.

L’élu dément fermement avoir tenu des propos racistes

Instance disciplinaire indépendante et souveraine, la Commission nationale des conflits du Parti socialiste « devra, dans le cadre d’une procédure contradictoire respectueuse des droits de la défense, faire toute la lumière sur les accusations portées à l’égard de Michel Neugnot », écrit le PS dans un communiqué, évoquant des « faits présumés ». « Je ne doute pas que les débats contradictoires vont rétablir la vérité des faits », a réagi Michel Neugnot, assurant que « jamais », il ne s’est « adressé à cet élu en ces termes », comme le « confirment plusieurs témoignages ». « J’ai fait référence à la tradition africaine des palabres autour du baobab », a-t-il indiqué, la discussion publique entre lui et l’élu ayant alors lieu sous un arbre.

« Je connais bien » cette expression, a-t-il dit en référence au travail qu’il a, par le passé, effectué à Madagascar pour une ONG. L’homme politique a également dénoncé « un coup monté », comme le rapporte France 3 Bourgogne-Franche-Comté. En mars dernier, la fédération du Rhône du parti avait été secouée par une affaire de racisme.