2012: l'idée d'une candidature commune au Front de gauche avance

PRESIDENTIELLE Marie-George Buffet a écrit ses conditions à Jean-Luc Mélenchon...

M. P. avec agence

— 

J-P. KSIAZEK/AFP

Au Front de gauche, c’est comme chez Europe Ecologie, on discute par courrier interposé. La secrétaire général du PCF, Marie-George Buffet a écrit le 12 mai dernier à son camarade du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon pour engager le débat sur une candidature commune à la présidentielle de 2012 dans le cadre du Front de gauche. Dans l’idéal, ce serait «une candidature de rassemblement» qui peut «être tout aussi bien issue de chacune des formations du Front de gauche, comme être une personnalité qui partagerait les objectifs du rassemblement réalisé», explique Marie-George Buffet dans ce courrier qu’elle signe avec son successeur attitré à la tête du PCF, Pierre Laurent.

Un tout sauf Mélenchon?


Le cahier des charges communiste se fait précis: le candidat devra être capable de «porter un projet partagé» et «de surmonter les obstacles inhérents à la personnalisation de ce scrutin». Car, insiste la missive communiste publiée sur lexpress.fr, dans la campagne présidentielle il faut éviter «des excès de personnalisation induits par l'hyper-présidentialisme» et «revaloriser l'enjeu législatif». Quant à la désignation à venir de cet éventuel candidat, elle «ne peut être envisagée qu'en s'appuyant sur un processus de projet partagé et non le précéder».

Si aucun nom n’est cité par Marie-George-Buffet et Pierre Laurent, la description du candidat idéal est en creux un anti-portrait de Jean-Luc Mélenchon. Au PCF, personne n’a oublié la tentative d’auto-désignation, avant toute concertation, de l’ancien sénateur de l’Essonne pour être la tête de liste francilienne du Front de gauche aux dernières régionales. Résultat, c’est le communiste Pierre Laurent qui avait mené la bataille. En privé, de nombreux communistes s’agacent de la propension du député européen à tirer la couverture médiatique à lui lors des dernières campagnes, quand Jean-Luc Mélenchon assure que sa notoriété assure une partie du succès du Front. L’ancien socialiste a déjà commencé à dire qu’il se sentait «capable» de porter une candidature commune. Marie-George Buffet, qui passera la main à Pierre Laurent lors du congrès de Juin, a déjà décliné.