20 Minutes : Actualités et infos en direct
De l’eau dans le gaz ?Sur Twitter, Jean-Luc Mélenchon et Olivier Faure s’écharpent

Nupes : « Double langage », « choix sectaires »… Sur Twitter, Jean-Luc Mélenchon et Olivier Faure s’écharpent

De l’eau dans le gaz ?Tout est parti du sujet brûlant pour la Nupes : l’union (ou non) de la gauche aux futures élections sénatoriales à la rentrée, aux européennes en 2024 et à la présidentielle de 2027
Jean-Luc Mélenchon et Olivier Faure ont publiquement annoncé leur désaccord.
Jean-Luc Mélenchon et Olivier Faure ont publiquement annoncé leur désaccord. - Sameer Al-DOUMY / AFP / Sameer Al-DOUMY / AFP
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Une ambiance électrique entre les figures de LFI et du PS. Tout est parti d’un tweet du premier secrétaire du PS, qui en rebondissant au soutien de Nicolas Sarkozy à Gérald Darmanin pour 2027, a écrit ce jeudi dans la nuit : « Les hostilités à droite ne font que commencer. A la gauche et aux écologistes de ne pas tomber dans la spirale mortifère de la division ». Une phrase qui n’a pas manqué d’agacer le ténor de LFI. « Incorrigible double langage ! Faire l’union en se divisant aux élections sénatoriales et européennes ? », a rétorqué sur Twitter Jean-Luc Mélenchon à Olivier Faure.

Cette pique publique n’a pas plu au dirigeant socialiste, qui a proposé au leader insoumis d’en discuter en privé. « Cher JLM, j’ai toujours le même tél [téléphone] et t’ai récemment envoyé un message t’invitant à échanger. On se voit si tu veux. On peut ne pas partager les mêmes analyses sans avoir besoin de s’invectiver sur Twitter, pour le plus grand plaisir de la droite et le désespoir de la gauche », a rapidement répondu Olivier Faure.

« Moi, je donne mon avis. C’est tout. »

Peu de temps après, s’en est suivi un autre post de Jean-Luc Mélenchon. « Olivier Faure, je ne t’invective pas, au contraire de tes amis qui nous ont expulsés des listes aux sénatoriales et se préparent à en faire autant aux européennes et aux municipales. Si tu veux revenir sur ces choix sectaires adresse-toi aux responsables de LFI : Bompard, Panot, Aubry. Moi, je donne mon avis. C’est tout », a taclé l’ancien sénateur socialiste, qui avait annoncé sa mise en retrait après l’élection présidentielle de 2022.

« Si tu veux me rencontrer, viens à la manif du 23 septembre contre les violences policières et la loi ''permis de tuer'' que vous n’avez toujours pas reniée », a-t-il ajouté en référence à la loi Cazeneuve de 2017 qui régit l’usage des armes à feu par les policiers et gendarmes.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

L’union ou non ?

Depuis la création de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) pour les élections législatives de 2022, les tensions ont souvent été vives entre les insoumis et leurs alliés socialistes, écologistes et communistes en dépit d’une unité sur le dossier des retraites.

LFI a en particulier plaidé pour une liste commune aux élections européennes de 2024, alors que les verts et les communistes ont déjà nommé leurs chefs de file pour ce scrutin. Concernant les élections sénatoriales, qui auront lieu dans plus d’un mois, le 24 septembre, le Parti socialiste, le Parti communiste et les écologistes ont trouvé un accord partiel, sans inclure La France insoumise, dans plusieurs départements.

De quoi faire s’interroger le mois dernier sur son blog Manuel Bompard, le coordinateur du mouvement mélenchoniste, sur « la volonté sincère de nos partenaires de poursuivre la Nupes ». Les insoumis ne disposent d’aucun élu au Sénat, contrôlé par la droite, contre 64 pour les socialistes.

Sujets liés