20 Minutes : Actualités et infos en direct
remaniementGabriel Attal, la poursuite de l’ascension d’un soldat de la Macronie

Gouvernement Borne : Gabriel Attal, la poursuite de l’ascension d’un soldat de la Macronie

remaniementSuccédant à Pap Ndiaye, il est le plus jeune sous la Ve République à s’occuper de ce premier budget de l’Etat
Le nouveau ministre français de l'Education Gabriel Attal et l'ancien ministre français de l'Education et de la Jeunesse Pap Ndiaye lors d'une cérémonie de passation de pouvoirs au ministère de l'Education à Paris le 20 juillet.
Le nouveau ministre français de l'Education Gabriel Attal et l'ancien ministre français de l'Education et de la Jeunesse Pap Ndiaye lors d'une cérémonie de passation de pouvoirs au ministère de l'Education à Paris le 20 juillet. - Jacques witt/SIPA / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Nommé jeudi à la tête du ministère de l’Éducation nationale, Gabriel Attal, 34 ans, poursuit une ascension remarquée : s’il demeure le benjamin du gouvernement, cette jeune pousse de la Macronie s’est imposée comme un incontournable de l’exécutif. Désormais patron du « mammouth » - il est le plus jeune sous la Ve République à s’occuper de ce premier budget de l’Etat - où il succède à Pap Ndiaye, Gabriel Attal devra faire face à de nombreux défis : crise de recrutement d’enseignants, harcèlement scolaire, controverses sur la laïcité, etc.

Lors de la passation de pouvoirs avec Pap Ndiaye, dans la cour du ministère de l’Education nationale, Gabriel Attal s’est donné une feuille de route avec « trois priorités » : « le respect de l’autorité et les savoirs fondamentaux au cœur de l’école », le non-remplacement des professeurs absents et le bien-être des élèves qui passe par la lutte contre le harcèlement scolaire.

Celui qui a fait sa scolarité dans la huppée École alsacienne à Paris avant d’être diplômé de Sciences po a également choisi de déminer deux reproches dès son entrée en fonction : son jeune âge et son passage dans cette école privée ultra-élitiste. « On peut avoir 34 ans et de lourdes responsabilités. Un professeur sur trois a moins de 40 ans », a-t-il mis en avant. « Oui j’ai été à l’école privée. Je n’ai pas à renier et à m’excuser », a-t-il ajouté appelant à ne « pas critiquer les parents qui font ce choix ».

« Sens politique » ou « tête à claques du premier de la classe »

La nomination de Gabriel Attal qui a souvent témoigné d’un intérêt pour la question scolaire, vaut quoi qu’il en soit consécration, quatre ans après être devenu le plus jeune membre du gouvernement. A l’époque chargé du modeste secrétariat d’Etat à la Jeunesse, son entente était déplorable avec son ministre de tutelle, Jean-Michel Blanquer… dont il va désormais occuper le siège.

Ses partisans louent sa « capacité de travail » et son « sens politique », autant qu’une ambition assumée par celui dont le père était producteur de cinéma : « Si je m’étais interdit des choses, je ne serais probablement pas là où j’en suis aujourd’hui », admettait-il en juin sur Europe 1. Ses contempteurs se désespèrent ainsi d'« un côté tête à claques du premier de la classe ».

Issu de la mouvance strauss-kahnienne, ce « fils spirituel de Marisol Touraine » était passé par le cabinet de la ministre de la Santé de François Hollande. En 2016, il avait fait partie des premiers socialistes à suivre Emmanuel Macron lors de la création de son mouvement. Après la victoire de 2017, Gabriel Attal s’était fait élire député dans un fief de droite des Hauts-de-Seine, où il a été reconduit en juin 2022.

Aplomb

En juillet 2020, lorsqu’il arrive à Matignon, le nouveau Premier ministre Jean Castex s’interroge : « A-t-on trouvé un os à ronger supplémentaire pour le jeune Gabriel ? » Pour se faire les dents, il hérite finalement du porte-parolat du gouvernement, un poste exposé qui peut autant révéler les talents que trahir les faiblesses.

De plateaux de télévision en conférences de presse à l’issue du Conseil des ministres, Gabriel Attal se révèle dans cet exercice de service après-vente de la deuxième partie du quinquennat, marquée par la crise du Covid-19, même si son aplomb le trahit parfois : il doit ainsi faire son mea culpa quand il assure qu’aucun prof ne gagnera moins de 2.000 euros par mois en 2022, alors que la mesure ne doit s’appliquer que… deux ans plus tard. Reste qu’il s’impose au fil des mois comme l’un des rares membres du gouvernement à se faire un nom dans l’opinion publique.

De quoi gagner de nouveaux galons après la réélection d’Emmanuel Macron, qui le nomme ministre délégué aux Comptes publics au printemps 2022. A ce poste aussi austère que stratégique, il s’est surtout attelé à en découdre avec l’extrême droite, revêtant sa cape de défenseur des classes moyennes pour tenter de reconquérir un électorat désabusé.

Son aisance médiatique certaine lui permet par ailleurs d’être l’un des ministres envoyés en première ligne pour défendre la réforme des retraites. « Les choix budgétaires, c’est avant tout des choix politiques » qui tiennent compte de « ce qui se passe » dans le pays, confiait début juin à l’AFP celui décrit par son entourage comme « un bosseur qui s’empare rapidement des sujets ». Avant de pointer une faiblesse de l’ambitieux : un dosage difficile entre « la communication et le fond ».

Sujets liés