20 Minutes : Actualités et infos en direct
RNMarine Le Pen auditionnée le 24 mai sur les ingérences étrangères

Marine Le Pen auditionnée le 24 mai devant la commission sur les ingérences étrangères à l’Assemblée nationale

RNL’audition devrait faire la part belle à la Russie et à un prêt contracté en 2014
National Assembly parliamentary group President for the French far-right Rassemblement National (RN) party Marine Le Pen attends a session of questions to the government at The National Assembly in Paris on May 16, 2023. (Photo by Emmanuel DUNAND / AFP)
National Assembly parliamentary group President for the French far-right Rassemblement National (RN) party Marine Le Pen attends a session of questions to the government at The National Assembly in Paris on May 16, 2023. (Photo by Emmanuel DUNAND / AFP) - AFP / AFP
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Marine Le Pen, présidente du groupe des députés RN, se rendra le 24 mai devant la commission d’enquête sur les ingérences étrangères de l’Assemblée, pour une audition qui devrait faire la part belle à la Russie et à un prêt contracté en 2014. La candidate du Rassemblement national aux trois dernières présidentielles sera auditionnée le 24 mai à 14 heures selon un communiqué de l’Assemblée.

« On a dit dès le début que Marine Le Pen serait à la disposition de la commission d’enquête, on n’a pas changé d’avis », a fait valoir auprès de l’AFP mardi le député RN Jean-Philippe Tanguy, également président de la commission d’enquête.

Il a cependant expliqué qu’il déléguerait la présidence de la commission le temps de cette audition, probablement au député MoDem Laurent Esquenet-Goxes, l’un des vice-présidents de la commission.

Prêts « sans contrepartie » ?

La parole sera donnée à tous les membres de la commission et, si le temps le permet, à deux députés représentant les groupes communiste et Liot, absents de cette commission d’enquête, selon Jean-Philippe Tanguy. « Aucun fait nouveau mis en lumière par les précédentes auditions ne justifie cette audition », demandée par la majorité macroniste, a cependant estimé le député RN.

Le 4 mai dernier, Jean-Luc Schaffhauser, ancien eurodéputé FN (devenu RN), avait expliqué qu’il avait été chargé par Marine Le Pen des négociations pour que le parti conclue en 2014 un prêt avec des banques russes, mais sans « contrepartie » ou « pression politique ».

L’ex-eurodéputé, par ailleurs consultant, avait expliqué qu’après le refus de « toutes les banques occidentales » d’octroyer un prêt au Front national, « nous ne pouvions trouver que du côté chinois, de l’Iran, ou la Russie : Marine Le Pen a considéré que la Russie était ce qu’il y a de mieux ».

Une commission lancée par le RN

Un prêt de 9,4 millions d’euros a finalement été conclu en 2014 avec une banque tchéco-russe, dont la créance a été reprise par diverses sociétés à la suite de faillites en cascade, toujours en cours de remboursement. Ce prêt devrait largement animer les débats le 24 mai.

La commission d’enquête sur les ingérences étrangères a été lancée par le RN pour tenter de couper court aux accusations faisant du parti d’extrême droite un agent de l’influence russe en France. Plusieurs responsables RN ont déjà été auditionnés.

Les auditions pourraient en revanche en rester là pour cette commission en raison du calendrier. Son rapport doit être rédigé le 26 mai et ses conclusions présentées officiellement début juin.

Sujets liés