20 Minutes : Actualités et infos en direct
PRISE DE POSITIONWauquiez assure ne pas s’être « défilé » sur la réforme des retraites

Auvergne-Rhône-Alpes : Laurent Wauquiez assure ne pas s’être « défilé » sur la réforme des retraites

PRISE DE POSITIONDans une interview publiée dans le journal « Le Point », le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes rappelle avait indiqué lors de ses vœux fin janvier que la réforme n’était « pas celle » qu’il aurait faite
Laurent Wauquiez a déclaré en janvier, lors de ses voeux, que la réforme n'était « pas celle » qu'il aurait faite (Illustration).
Laurent Wauquiez a déclaré en janvier, lors de ses voeux, que la réforme n'était « pas celle » qu'il aurait faite (Illustration). - ROMAIN DOUCELIN/SIPA / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Il ne regrette « pas du tout » son silence et a choisi d’en sortir lors d’une interview au Point, publiée mardi. Laurent Wauquiez, président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes, assure ne pas s’être « défilé » au sujet de la réforme des retraites, contrairement aux critiques reçues dans son camp. Le potentiel candidat pour la prochaine élection présidentielle affirme d’ailleurs avoir « clairement donné [sa] position ».



Le président de la région avait indiqué lors de ses vœux fin janvier que la réforme n’était « pas celle » qu’il aurait faite, tout en invoquant un « principe de responsabilité » consistant à « ne pas s’opposer ». Sa réserve lui a parfois été reprochée par des élus LR, déçus de ne pas entendre sa voix au moment où le parti se déchirait sur la réforme.

Sur ce sujet « pourquoi ne pas offrir [aux Français] la possibilité de partir à la retraite quand ils le souhaitent en adaptant le niveau de pension en conséquence ?, s’interroge l’élu. Nos règles administratives font tout pour décourager cela. » Selon lui Emmanuel Macron « a réussi des choses, mais il n’a pas enrayé la décadence. Et c’est notre défi. »

Laurent Wauquiez estime qu’il doit « proposer autre chose »

« J’ai choisi de prendre du recul, cela ne vaut pas que pour les retraites, mais plus largement, car je pense qu’il faut que l’on remette tout à plat », affirme-t-il. Avant d’ajouter : « On ne pourra pas le faire en étant pris dans le tambour de la machine à laver de l’actualité. Dans cet univers politique qui s’affaisse, nous avons le devoir de proposer autre chose. »

Expliquant avoir « appris ce qu’est la solitude de l’échec », l’ancien président de LR, qui avait quitté ses fonctions après la déroute de la droite aux européennes de 2019 (8,5 % des voix) l’assure : « J’ai appris à me remettre en question, et ça m’a fait beaucoup de bien. »

Sujets liés