Violences policières à Lyon : « Je ne laisserai personne salir leur image », répond la préfète aux écolos

TENSIONS Dans un communiqué, le parti EELV de Lyon a dénoncé « des violences policières inacceptables » constatées lors de la manifestation du 23 mars. Des propos « indignes d’une formation politique » pour Fabienne Buccio, préfète de la région

Elise Martin
— 
D'après des constatations de militants écologistes, des manifestants pacifiques ont subi des violences par les forces de l'ordre en marge de la manifestation contre la réforme des retraites le 23 mars (Illustration)
D'après des constatations de militants écologistes, des manifestants pacifiques ont subi des violences par les forces de l'ordre en marge de la manifestation contre la réforme des retraites le 23 mars (Illustration) — K. KONRAD

Des propos jugés « inadmissibles » par Fabienne Buccio, préfète de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Jeudi soir, à la suite de la 9e journée de mobilisation contre la réforme des retraites, le parti EELV de Lyon dénonçait, à travers un communiqué, « des violences policières inacceptables » constatées en marge de la manifestation par des militants écologistes.

De quoi faire réagir « fermement » la représentante de l’Etat. « De telles déclarations ne sont pas dignes d’une formation politique alors que 58 membres des forces de l’ordre ont été blessés aujourd’hui », écrit-elle, également via communiqué. Elle rappelle que les policiers ont agi « sous [son] autorité » et qu’ils « méritent notre respect, nos remerciements et toute notre gratitude » pour « protéger » les Lyonnais « face aux centaines d’individus violents qui se mêlent aux cortèges ». « Je ne laisserai personne salir leur image », conclut-elle.

EELV appelle les policiers à faire preuve « de raison »

Dans son courrier, Philippe Guelpa-Bonaro, cosecrétaire EELV Lyon, citait une « nasse » qui a eu lieu place Bellecour jeudi soir alors que des manifestants pacifiques étaient encore présents sur place. « Conscient des violences commises de part et d’autre, EELV appelle d’abord et avant tout au calme et rappelle que la violence n’est jamais une solution », a-t-il indiqué.



Avant d’ajouter : « Nous appelons les policiers à faire preuve de raison et de professionnalisme, et remercions celles qui font preuve de recul par rapport aux consignes de leur hiérarchie qui leur sembleraient contraire aux règles de déontologie du maintien de l’ordre. […] Nous appelons également les citoyens à transformer leur colère légitime en actions non-violentes, créatives et médiatiques […] contre la réforme des retraites. »