20 Minutes : Actualités et infos en direct
DESTRUCTIONLa polémique autour des « macaques » qui a fait imploser le PS du Rhône

« On a éliminé tous ces macaques »… La polémique qui a fait imploser le PS du Rhône

DESTRUCTIONChristiane Constant, qui venait d’être réélue à la tête de la fédération du parti socialiste dans le Rhône, a été suspendue samedi du PS pour un message victorieux jugé à caractère raciste, laissant ainsi la fédé locale en ruine
A peine réélue à la tête du PS du Rhône, Christiane Constant a été démise de ses fonctions pour avoir traité de « macaques » les militants n'ayant pas fait le choix de voter pour elle.
A peine réélue à la tête du PS du Rhône, Christiane Constant a été démise de ses fonctions pour avoir traité de « macaques » les militants n'ayant pas fait le choix de voter pour elle.  - NICOLAS MESSYASZ/SIPA / SIPA
Caroline Girardon

Caroline Girardon

L'essentiel

  • Sa victoire aura été de courte durée. Réélue jeudi soir à la tête du parti socialiste du Rhône, Christiane Constant a été démise de ses fonctions par les instances nationales du PS, le surlendemain. En cause, un message envoyé sur WhatsApp à l’un de ses soutiens dans lequel elle se félicite de sa victoire et d’avoir ainsi « éliminé tous ces macaques ».
  • Si l’intéressée se défend de toute connotation raciste, ses détracteurs dénoncent son « discours souvent déplacé » et « des approximations de langage à l’égard de ses camarades » récurrentes.
  • La polémique a fait exploser la fédé locale du PS désormais « profondément meurtrie ».

La sanction ne s’est pas fait attendre. Christiane Constant, fraîchement réélue au poste de première secrétaire de la Fédération du parti socialiste du Rhône, n’aura pas eu le temps de profiter de son second mandat. Samedi, au surlendemain de sa victoire, l’intéressée a aussitôt été démise de ses fonctions par les instances nationales du parti pour un propos jugé à caractère raciste. Et supendue du PS dont elle risque l’exclusion. En cause : l’envoi d’un message sur WhatsApp app dans lequel elle se félicite de sa réélection, comme le révélait le site Lyon Mag.

« J’ai dormi trois heures mais on a gagné. On va se faire une fête du tonnerre de Zeus », a-t-elle écrit à l’un de ses soutiens, avant de rajouter : « On a éliminé tous ces macaques », accompagné d’un cœur rouge et des trois petits émojis représentant des singes. Des propos qui ont vivement fait réagir, à commencer par l’ancien maire PS de Villeurbanne Jean-Paul Bret, le premier à avoir dégainé. Le premier à avoir appelé, dès vendredi soir, les instances nationales à réagir dans les plus brefs délais. « Sa démission relève de l’urgence. Toute absence de réaction serait d’une immense lâcheté et d’une terrible irresponsabilité », alertait-il.

« Le choix de mot n’était pas correct »

Samedi matin, l’élue a, cette fois, été lâchée par l’un de ses plus fervents soutiens, Cédric Van Styvandael qui l’a appelé à « prendre ses responsabilités ». Mais l’intéressée, murée depuis dans le silence, a fait la sourde oreille. Olivier Faure a pris le taureau par les cornes. « N’ayant pas reçu de lettre de démission de sa part à cette heure », le premier secrétaire du PS l’a démise de ses fonctions et suspendue en fin de matinée. « Le combat antiraciste est au fondement de l’identité du PS qui condamne avec la plus grande fermeté ces propos inacceptables et pénalement répréhensibles », a-t-il argumenté dans un communiqué.

Jointe par Lyon Mag, la patronne déchue du PS local a reconnu que le « choix de mot » utilisé pour désigner les militants n’ayant pas voté pour elle « n’était pas correct », tout en se défendant d’avoir formulé la moindre allusion raciste. Christiane Constant était opposée à Murielle Laurent, soutenue par Hélène Geoffroy, la maire de Vaulx-en-Velin qui n’a jamais caché sa volonté de s’affranchir de la Nupes. De là à penser qu’elle était également visée par ce propos ?

« Coutumière des approximations de langage »

« Je remercie les militants qui m’ont apporté leur soutien », a réagi cette dernière qualifiant les propos de Christiane Constant, « coutumière des approximations de langage à l’égard de ses camarades », d' « inacceptables ». « Je déplore que les responsables du Rhône n’aient pas pris plus les décisions nécessaires et qu’ils aient soutenu (sa candidature) en dépit de toutes les alertes et mises en garde », a-t-elle ajouté pour « souligner a minima leur légèreté ». « Mais nous n’avons pas été entendus », a-t-elle encore amèrement regretté.

« Cette incapacité à assumer le rôle de première fédérale, avec ce que cela suppose de hauteur de vue, de mesure et de dialogue, éclate malheureusement au grand jour », a à son tour appuyé Jean-Paul Bret, critiquant lui aussi « le discours souvent approximatif, voire déplacé » de Christiane Constant. « Cette faute s’ajoute à une longue liste d’égarements, a-t-il encore souligné. C’est d’autant plus violent et blessant que le mot "macaque" est d’ordinaire utilisé par les mouvances d’extrême droite à des fins discriminatoires. »

Reconstruire la maison

Reste désormais une « fédération locale meurtrie ». Et profondément divisée. Déjà affaibli, le PS va devoir reconstruire la maison et éteindre l’incendie entre Rhône et Saône. « C’est l’image du Parti socialiste, tout entier, qui en est abîmée », juge Jean-Paul Bret, dénonçant un « soutien aveugle » des dirigeants rhodaniens envers Christiane Constant. Pierre Jouvet est attendu dans les prochains jours à Lyon afin de mettre en place une nouvelle équipe de direction fédérale.

« Il convient maintenant d’installer une direction collégiale, à la tête de la Fédération socialiste du Rhône, prenant en compte les différentes sensibilités et s’attachant à régler dans la transparence quelques questions essentielles de gouvernance, de finances et de fonctionnement », a conclu l’ancien maire de Villeurbanne, rejoint en cela par Hélène Geoffroy : « Je compte sur l’appui de la direction nationale pour accompagner la construction d’une direction collégiale et apaisée qui peut passer par la mise sous tutelle de la fédération. » Et d’alerter une dernière fois : « Il faut que les liens de confiance se renouent entre militants du Rhône car nous avons des batailles importantes à mener. »

Sujets liés