20 Minutes : Actualités et infos en direct
Fake offNon, cette vidéo ne montre pas l’argent retrouvé chez l’élue Eva Kaili

Corruption au Parlement européen : Non, cette vidéo ne montre pas l’argent retrouvé chez Eva Kaili

Fake offIl s’agit d’une sculpture d’un artiste espagnol, déjà faussement attribuée dans d’autres scandales
Montage photo de la vidéo en cours de lecture présentant la sculpture de l'artiste espagnol Alejandro Monge.
Montage photo de la vidéo en cours de lecture présentant la sculpture de l'artiste espagnol Alejandro Monge.  - Montage photo Captures d'écran Twitter/20 Minutes / Twitter
Emilie Jehanno

Emilie Jehanno

L'essentiel

  • Sur Twitter, un post partagé près de 1.200 fois présente une vidéo censée illustrer les sacs d’argent retrouvés dans l’appartement d’Eva Kaili, vice-présidente du Parlement européen, soupçonnée de corruption impliquant le Qatar.
  • Il s’agit en réalité d’une sculpture, réalisée par Alejandro Monge et exposée en 2018. L’artiste espagnol a peint à la main de faux billets en résine, dont une partie a été brûlée.
  • Début 2019, la vidéo avait été utilisée dans des affaires de détournement de fonds ou d’activités criminelles impliquant des politiciens en Russie, au Cameroun ou en Haïti, comme le rapportaient déjà des médias.

Des liasses et des liasses de billets, en partie brûlés, sont adossées aux murs. Une vidéo, rapidement devenue virale sur Twitter, montre cette scène, alors qu’une des vice-présidentes du Parlement européen a été écrouée à Bruxelles pour des soupçons de corruption impliquant le Qatar, a-t-on appris dimanche 11 décembre. Selon une source judiciaire belge, des « sacs de billets » ont été découverts dans l’appartement de l’élue socialiste grecque, Eva Kailli.


Capture d'écran du tweet relayant la vidéo de la sculpture de l'artiste espagnol, Alejandro Monje.
Capture d'écran du tweet relayant la vidéo de la sculpture de l'artiste espagnol, Alejandro Monje. - Capture d'écran/Twitter

« Des sacs d’argent ont été retrouvés au domicile d’Eva Kaili », explique l’internaute dans son tweet, partagé près de 1.200 fois. « Voilà les greniers de toutes les pourritures qui dilapident la France ! », s’indigne une personne, quand un autre s’interroge : « Comment croire Bruxelles et ces gens que l’on ne connaît pas ! Que va-t-on encore découvrir ? ».

FAKE OFF

Cette vidéo n’a rien à avoir avec l’affaire de corruption au Parlement européen impliquant le Qatar, comme permet de le vérifier une recherche par image inversée. Et comme l’a aussi démenti l’internaute, auteur du tweet dans un autre post (partagé 19 fois), quelques heures plus tard, évoquant avoir diffusé la vidéo au nom de l’humour.



Il s’agit en réalité d’une sculpture, réalisée par Alejandro Monge. L’artiste espagnol a peint à la main de faux billets en résine, dont une partie a été brûlée. Baptisée European Dream, l’œuvre a été exposée en 2018 à la foire d’art contemporain de Madrid. Dans une interview au quotidien Heraldo en février 2018, il expliquait vouloir « représenter la valeur du travail ».

Une vidéo déjà détournée en 2019 en Russie ou au Cameroun

« L’argent est la principale représentation de la valeur des heures de travail de l’être humain, une icône contemporaine, le dieu de la société de consommation, soulignait-il. Je voulais jouer avec ce concept. » Dans la même veine, l’artiste a exploré cette thématique du rapport à l’argent dans plusieurs de ses œuvres entre 2016 et 2019, dans Paradise Objects ou American Dream, comme on peut le voir sur son site.


L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies


Et ce n’est pas la première fois que la vidéo montrant son œuvre est détournée. Début 2019, elle avait été utilisée dans des affaires de détournement de fonds ou d’activités criminelles impliquant des politiciens en Russie, au Cameroun ou en Haïti, comme l’avait analysé l’AFP Factuel ou Les Observateurs de France 24. Sur son compte Instagram, l’artiste avait aussi repartagé la vidéo et s’interrogeait sur les mystères de la viralité.

Sujets liés