Coupures d’électricité : « On va tenir l’hiver »… Emmanuel Macron se veut rassurant

Interview Dans une longue interview au « Parisien », le président de la République est revenu sur les risques de coupures d’électricité mais également sa réforme des retraites, le protectionnisme européen ou encore la Coupe du monde

C.P.
— 
Emmanuel Macron a défendu son projet de réforme des retraites
Emmanuel Macron a défendu son projet de réforme des retraites — DOMINIQUE JACOVIDES

Politique intérieure, extérieure et même prédiction pour la Coupe du monde de football avant le match des Bleus. Dans une interview au Parisien publiée samedi soir, Emmanuel Macron est non seulement longuement revenu sur les principaux enseignements de son déplacement aux Etats-Unis cette semaine, mais également sur sa vision de la politique économique, tant pour l'Europe que pour la France. 20 Minutes fait le point.

« On va tenir l'hiver »

« J’entends beaucoup d’inquiétude, mais il ne faut pas céder à la panique ! » Emmanuel Macron a tenu à se montrer rassurant quant aux craintes de coupures d’électricité cet hiver. « Le gouvernement, c’est son devoir, travaille à des scenarii pour faire face à toute situation », a-t-il déclaré tout en affirmant que ces coupures ne sont pour l’instant que des hypothèses de travail et en aucun cas une certitude. « On va tenir l’hiver. Et si on achète le gaz, bien groupés, en Européens, je pense que l’on pourra absorber l’inflation sur les prix du gaz au premier semestre 2023 », a précisé le Président, ajoutant que l’économie serait néanmoins fortement touchée : la croissance, en 2023, s’établirait autour de 0,5 ou 0,7 % contre 2,5 % cette année.

Un protectionnisme européen

De retour des Etats-Unis, Emmanuel Macron a également défendu le « made in Europe », à l’image du protectionnisme américain ou chinois. « Nous, les Européens, nous ne pouvons pas être le seul espace au monde qui achète mais ne défend pas son industrie », a-t-il précisé. Cette question a été au centre du voyage d’État cette semaine après l’adoption, par les Etats-Unis d’une loi protégeant l’industrie américaine. « Tous mes interlocuteurs américains, en particulier le président Biden, m’ont dit qu’affaiblir l’industrie européenne n’était ni leur objectif ni leur intention. Les intentions de Joe Biden sont de créer le maximum d’emplois industriels en Amérique et de créer de l’indépendance énergétique par rapport à la Chine, mais en aucun cas gêner voire affaiblir l’économie française. » Des négociations sur le sujet devraient bientôt se tenir.

Sur les retraites, « il faudra faire un effort »

Sur les retraites, Emmanuel Macron a défendu le passage à l’âge de 65 ans. « Personne ne se réjouit de travailler un peu plus longtemps, mais pour ne pas baisser les retraites et ne pas reporter de nouvelles charges sur nos enfants, il faudra faire un effort, progressivement et en tenant compte des parcours de chacun. » Le Président a également affirmé vouloir augmenter la retraite minimum et améliorer les plus basses retraites, qualifiant son projet de « réforme de justice et d’équité ».

« Je pense qu'on gagne 3-1 »

Sur un ton plus léger, Emmanuel Macron a prédit une victoire de l’équipe de France de foot en 8e de finale du Mondial face à la Pologne dimanche, 3 buts à 1, vantant un « collectif très fort et solide ». « Je pense qu’on gagne 3-1 ! Lewandowski [l’attaquant star polonais] va en mettre un, comme Mbappé ou peut-être Giroud, qui a envie d’entrer dans l’histoire », en devenant le meilleur buteur de l’histoire des Bleus, a assuré le chef de l’Etat. Quant au 3e buteur français ? « Joker », a-t-il a répondu, estimant que l’équipe avait « géré avec beaucoup d’intelligence la rotation des joueurs » malgré les blessures et arrivait donc « en forme face à la Pologne ».