Congrès LR : Les adhérents des Républicains commencent à voter pour leur nouveau président

aux urnes Eric Ciotti, Bruno Retailleau et Aurélien Pradié veulent succéder à Christian Jacob

20 Minutes avec AFP
— 
Les candidats à la présidence de LR Eric Ciotti,  Aurélien Pradié and Bruno Retailleau.
Les candidats à la présidence de LR Eric Ciotti, Aurélien Pradié and Bruno Retailleau. — Jacques Witt/SIPA

Qui sera le nouveau patron de la droite ? Les 91.110 adhérents des Républicains vont bientôt désigner leur chef de file ce week-end. Ils peuvent commencer à voter, ce samedi à 18 heures, pour le premier tour de l’élection du nouveau président du parti de droite, qui doit départager les députés Eric Ciotti et Aurélien Pradié et le patron des sénateurs Bruno Retailleau.

Le vote, électronique, se poursuivra jusqu’à dimanche à 18 heures. Les résultats devraient être annoncés dans la foulée. Ce samedi à 20 heures soit deux heures après l’ouverture du vote, la participation au scrutin s’élevait déjà à 24 %, selon le parti.



Eric Ciotti, figure de favori

Le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti, qui tient une ligne dure sur le régalien, le président du groupe des sénateurs Bruno Retailleau de l’aile conservatrice-libérale et le député du Lot Aurélien Pradié, chantre d’une droite populaire, devraient passer au siège du parti, après l’annonce des résultats. En l’absence de sondage, les pronostics sont difficiles, même si Eric Ciotti, finaliste de la primaire de 2021, fait figure de favori. Il a reçu le soutien de Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes et ancien patron du parti.

Bruno Retailleau, conservateur issu du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, bénéficie pour sa part d’une longue liste de soutiens. Quant à Aurélien Pradié, plus jeune que ses deux concurrents, et avec une fibre sociale, il aura le statut d’outsider.

Le nouveau président, qui succédera à Christian Jacob, aura pour lourde tâche de redresser le parti, pris en étau entre la macronie et le Rassemblement national. La droite reste sur le cinglant échec de sa candidate à la présidentielle Valérie Pécresse (4,8 %).