Affaire Perdriau : Retailleau et Pradié appellent le maire de Saint-Étienne à démissionner

Réactions La dernière enquête de Mediapart mettant en lumière « les méthodes politiques » de Gaël Perdriau a suscité l’indignation de la classe politique

C.G. avec AFP
Empêtré dans plusieurs scandales, le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau refuse de démissionner.
Empêtré dans plusieurs scandales, le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau refuse de démissionner. — Bony/SIPA
  • Finalement autorisé à publier son enquête, Mediapart a révélé mercredi comment Gaël Perdriau, le maire de Saint-Etienne utilisait rumeurs et calomnie pour discréditer ses adversaires politiques.
  • On y découvre qu’il a ciblé Laurent Wauquiez en l’accusant de pédocriminalité.
  • Bruno Retailleau et Aurélien Pradié, candidats à la présidence des Républicains, l’ont appelé dans la foulée à démissionner, ce qu’a toujours refusé de faire Gaël Perdriau.

« Il salit l’honneur de Saint-Étienne, la grandeur du mandat de maire et la politique en général ». Bruno Retailleau, candidat à la présidence des Républicains (LR) a appelé le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau à démissionner, après de nouvelles révélations de Mediapart sur les « méthodes politiques » de l’élu. « J’appelle les élus de la majorité de Saint-Etienne à se désolidariser de Gaël Perdriau », ajoute-t-il sur Twitter.

« S’il [lui] reste un peu d’honneur personnel et politique, qu’il quitte dans l’heure ses fonctions électives. Ces méthodes inspirent un dégoût et une honte au-delà des limites », a renchéri Aurélien Pradié sur le même réseau social.




« Les mots me manquent pour dénoncer l’ignominie des propos de M. Perdriau. Soutien total à Gilles Artigues et à Laurent Wauquiez », a pour sa part écrit Eric Ciotti, également candidat à la présidence de LR, et en déplacement mercredi à Saint-Étienne.

Plainte de Laurent Wauquiez pour diffamation

Une nouvelle révélation de Mediapart, publiée mercredi « après douze jours de censure », a plongé un peu plus l’élu stéphanois dans la tourmente. Le site d’information dévoile comment le maire, déjà soupçonné d’être impliqué dans une affaire de chantage à la sextape, utilisait la rumeur pour évincer ou menacer ses adversaires politiques, parmi lesquels Laurent Wauquiez.

Lors d’une réunion de travail qui s’est tenue en novembre 2017, et au cours de laquelle Gaël Perdriau règle ses comptes avec son ancien premier adjoint Gilles Artigues, l’élu s’en est pris au patron de la région Auvergne-Rhône, l’accusant de pédocriminalité. Des propos « grossiers et sans fondement », reconnaît-il aujourd’hui.

Laurent Wauquiez a néanmoins indiqué son intention de porter plainte contre lui pour diffamation.