Pierre Moscovici: «Il faut agir sur la hiérarchie des salaires»

POLITIQUE Le député du Doubs a élaboré le programme économique du PS pour 2012...

Propos recueillis par Charlotte Mannevy

— 

Les strauss-kahniens et les amis d'Arnaud Montebourg estiment que les socialistes doivent "faire descendre l'action correctrice de la politique au niveau même de l'individu", dans leur projet de contribution commune au congrès du PS dont l'AFP a obtenu copie.
Les strauss-kahniens et les amis d'Arnaud Montebourg estiment que les socialistes doivent "faire descendre l'action correctrice de la politique au niveau même de l'individu", dans leur projet de contribution commune au congrès du PS dont l'AFP a obtenu copie. — Jean Ayissi AFP/Archives

Le programme économique du PS, doit être voté validé mardi soir par le Conseil national. Qu’est-ce qui a guidé votre réflexion?
Face à une crise qui n’est pas simplement conjoncturelle, il fallait proposer un nouveau modèle de développement et pas un simple programme. La deuxième intuition, c’était que ce nouveau modèle de développement devait à la fois être économique - comment voulons-nous produire -, social et écologique.

Les salaires doivent, dites-vous, être augmentés. Comment s’y prendre?
Nous pensons qu’il faut agir sur la hiérarchie des salaires dans l’entreprise, en limitant l’écart dans une fourchette de 1 à 20. Certains disent que c’est un retour au soviétisme, mais le salaire médian aujourd’hui est de 1.200 €, vingt fois plus c’est tout de même 24.000 €.

La formation doit aussi être une priorité ?
La formation est indispensable tant pour les entreprises que pour les individus. C’est pour cela que nous proposons que chacun de nous ait un compte formation qui permette à tous d’étudier, soit directement après le bac en formation initiale, soit après dix ans, vingt ans de vie professionnelle, avec dans tous les cas une prise en charge de la société.

Vous prônez plus de justice en matière fiscale. Quelles sont vos propositions ?
La base de notre projet de réforme, c’est la suppression de l’ensemble du paquet fiscal et pas seulement du bouclier. Tout doit être remis en cause. Mais il y a deux mesures phares. D’abord, la fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG pour recréer un grand impôt citoyen fortement progressif. Deuxième chose, nous voulons rétablir une imposition de patrimoine qui ait un sens. S’agissant des petites successions, elles doivent continuer à être exonérées, pour les grosses transmissions de patrimoine, il n’y a par contre pas de raison.

Une TVA écomodulable
Le texte, qui sera ensuite soumis au vote des militants le 20 mai prochain, prévoit plusieurs mesures pour favoriser une «économie durable»: une TVA écomodulable en fonction de critères environnementaux, une contribution climat-énergie. Celle-ci serait compensée par une «prime pour l’environnement» à destination des ménages modestes et des revenus moyens dont le budget est plus dépendant du prix de l’énergie.