20 Minutes : Actualités et infos en direct
AnniversaireDes vignerons français et allemand s’associent pour une cuvée spéciale

« Le vin n’a pas de frontière »… Des vignerons français et allemand s’associent pour une cuvée spéciale

AnniversairePierre-Yves Meyer et Fabian Zähringer, vignerons chacun d’un côté du Rhin, vont préparer ensemble un vin. Cette cuvée sera servie lors des festivités des 60 ans du Traité de l’Élysée
Fabian Zahringer (à gauche) et Pierre-Yves Meyer ont vendangé ensemble la parcelle alsacienne dont les raisins serviront pour cette cuvée franco-allemande.
Fabian Zahringer (à gauche) et Pierre-Yves Meyer ont vendangé ensemble la parcelle alsacienne dont les raisins serviront pour cette cuvée franco-allemande. - PATRICK HERTZOG / AFP
Thibaut Gagnepain

Thibaut Gagnepain

L'essentiel

  • Une cuvée franco-allemande a été commandée pour célébrer les 60 ans du Traité de l’Elysée, qui avait scellé en 1953 la réconciliation entre les deux pays.
  • Deux vignerons, un de chaque côté du Rhin, ont été sélectionnés pour réaliser l’assemblage.
  • « Il est prévu qu’on produise 2.500 bouteilles au total », explique Pierre-Yves Meyer.

L’amitié franco-allemande peut aussi se déguster. Pierre-Yves Meyer et Fabian Zähringer y travaillent actuellement. Les deux vignerons, le premier en Alsace et le second dans le Bade-Wurtemberg voisin, viennent de vendanger chacun de leur côté en vue de composer une cuvée commune.

Pourquoi une telle initiative ? « C’est l’ambassade d’Allemagne à Paris qui a eu mon vent que nos parents respectifs l’avaient déjà réalisée en 2007 », explique le Français. « Alors ils nous ont demandé de le refaire en vue des festivités des 60 ans du Traité de l’Élysée ».

En début d’année prochaine, les deux pays ont encore prévu de se retrouver pour célébrer leur réconciliation, comme donc le général de Gaulle et le chancelier Adenauer le 22 janvier 1963. Députés français et allemands devraient ainsi se réunir le 22 janvier à Versailles, comme ils l’avaient déjà fait en 2003.

« On est même prêt à aller le servir à l’Elysée »

Avec cet assemblage blanc sur leurs tables ? Pierre-Yves Meyer n’en est pas encore certain. « Il est prévu qu’on produise 2.500 bouteilles au total. Une bonne partie est déjà commandée par l’ambassade d’Allemagne mais nous ne savons pas où tout ça sera bu. Ce serait de bon ton que notre cuvée soit choisie pour toutes les cérémonies. On est même prêt à aller le servir à l’Elysée s’il le faut ! », s’amuse le producteur situé à Blienschwiller (Bas-Rhin). Soit à 70 km d’Heitersheim, où est installé le domaine « Weingut Zähringer ».

Les deux vignerons, qui n’étaient pas en relation « mais l’amitié était restée entre les familles », devraient justement réaliser la mise en bouteille outre-Rhin « en décembre ». Soit un peu vite pour un vin blanc traditionnel, avec du Riesling côté français. « Oui c’est un peu brusqué mais ce ne sera pas non plus du Beaujolais nouveau », rigole encore Pierre-Yves Meyer, sans avoir encore le nom de la fameuse cuvée, ni quelle étiquette sera apposée dessus. « Ça donnera lieu à une belle soirée bien arrosée ! »

Comme, finalement, celle qui avait lancé le premier millésime franco-allemand, en 2007. « A l’origine, c’était deux amis, un Allemand et un Français, qui tenaient une agence de voyages à Fribourg et chacun avait ramené du vin. Puis ils avaient mélangé les deux et avaient trouvé l’idée géniale. Ils ont voulu en faire une cuvée, en ont parlé à un journaliste du quotidien L’Alsace et mon frère y travaillait justement. On a accepté et les solutions douanières ont été trouvées. » Ce ne devrait pas non plus être un souci seize ans plus tard. Après tout, « le vin n’a pas de frontière ».

Sujets liés