Rennes : Touché par un mortier, un CRS de 31 ans perd l’audition en amont du meeting de Jordan Bardella

ANTIFAS Un tir tendu provenant de manifestants antifascistes a grièvement touché un policier chargé du maintien de l’ordre

C.A.
Un policier membre de la compagnie de CRS de Vélizy a été blessé lors d'un rassemblement d'antifas le 25 septembre 2022 près de Rennes. Illustration.
Un policier membre de la compagnie de CRS de Vélizy a été blessé lors d'un rassemblement d'antifas le 25 septembre 2022 près de Rennes. Illustration. — PACIFIC PRESS/SIPA
  • Des affrontements ont éclaté en amont d’un meeting de Jordan Bardella entre les forces de l’ordre et des militants antifascistes dimanche 25 septembre près de Rennes.
  • Le président par intérim du Rassemblement national a pu tenir sa réunion politique après les échauffourées.
  • Un CRS a été grièvement blessé par le tir tenu d’un mortier qui a explosé juste à côté de son oreille, le rendant sourd.

Le casque et la protection auditive qu’il portait n’ont pas suffi. Avec la déflagration, elle s’est même envolée, occasionnant de lourdes conséquences. Dimanche, un CRS qui tentait d’encadrer un regroupement d’antifascistes souhaitant d’empêcher la tenue d’un meeting de Jordan Bardella a été gravement blessé à l’oreille par le tir d’un mortier. Hospitalisé au CHU Pontchaillou, le policier a vu le projectile exploser juste à côté de son oreille gauche. A sa sortie de l’établissement hospitalier, il présentait toujours une surdité totale, a appris 20 Minutes ce lundi.

Membre de la compagnie numéro 61 basée à Vélizy (Yvelines), le CRS de 31 ans était à Bruz dimanche. C’est dans cette commune proche de Rennes (Ille-et-Vilaine) que le président par intérim du Rassemblement national Jordan Bardella devait réunir des sympathisants du parti. Dès 11 heures du matin, environ 300 personnes se présentant comme « antifascistes » tentaient de s’approcher de la ferme où le meeting devait se tenir. Rapidement, ils faisaient face aux gendarmes et CRS mobilisés pour empêcher l’accès au lieu de rassemblement du RN. Des barricades étaient érigées avec des palettes et des barrières. Une voiture était endommagée au cours des affrontements qui ont fini par cesser. Après l’intervention des forces de l’ordre, le meeting politique a pu se tenir dans le calme. Plusieurs sources du parti d’extrême droite assurent que la préfecture a cherché à les dissuader de faire meeting.



Tir tendu d’un mortier par un manifestant

C’est dans cet affrontement qu’un CRS a été gravement blessé. « Il a été visé par un tir tendu de mortier. Le projectile s’est bloqué entre son casque et son oreille et a explosé », raconte le commissaire Pierre Labalme, directeur zonal des CRS dans l’Ouest. Il a été évacué vers l’hôpital. En réponse, les forces de l’ordre ont répliqué avec du gaz lacrymogène pour tenter de disperser les manifestants. « Il a été sérieusement touché. Il souffrait de vertiges, de pertes d’équilibre. Les premiers examens montrent une surdité totale de son oreille gauche », poursuit son supérieur.


Une ITT de sept jours a été prononcée mais sera réévaluée après la consultation d’un spécialiste. La victime devrait porter plainte dans les jours qui viennent. Le procureur de la République Philippe Astruc confirme « un traumatisme auditif » subi par un CRS. Une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur ces affrontements dénoncés par de nombreux cadres du parti.