La socialiste Carole Delga veut incarner la « gauche du faire »

PAS NUPES Lors des Rencontres de la Gauche qu’elle organisait dimanche dans un petit village de l’Aude, la socialiste Carole Delga a taclé la Nupes et proposé une gauche « des solutions »

20 Minutes avec AFP
La socialiste Carole Delga, présidente de la région Occitanie, a fait ce dimanche un discours aux accents de campagne présidentielle.
La socialiste Carole Delga, présidente de la région Occitanie, a fait ce dimanche un discours aux accents de campagne présidentielle. — MPP
  • Pas franchement fan de la Nupes, la socialiste Carole Delga a organisé les Rencontre de la gauche ce week-end, à Bram, dans l’Aude.
  • Elle veut incarner le « chemin de l’espérance » pour une gauche qui ne lutterait « pas pour des places » ou des « privilèges ».
  • La présidente de la région Occitanie entame une tournée dans l’Hexagone.

Carole Delga n’a jamais caché sa déception de voir la Nupes se former. La présidente socialiste de la région Occitanie a d’autres idées pour ragaillardir la gauche et lui faire prendre « le chemin de l’espérance ». Elle les a exposées ce dimanche à Bram, un petit village de l’Aude, où elle organisait les Rencontres de la gauche auxquelles ont assisté quelque 1.700 élus ou sympathisants.

L’élue a d’abord redit qu’elle était une adepte de « la gauche du faire ». « Nous voulons que la gauche, notre gauche, reprenne le chemin du travail, de la réflexion et des idées, qu’elle retrouve le sens du combat, afin de proposer un projet crédible et positif », a-t-elle déclaré.

Un référendum sur les superprofits

« Ce qui fait avancer notre cause, c’est lorsque la gauche parle au plus grand nombre avec ses valeurs, met en œuvre des solutions, démontre son utilité », a-t-elle poursuivi, dans un discours aux accents de campagne présidentielle.



La présidente de région a posé « les bases d’un nouveau projet de société, autour de l’éducation, du climat, du travail, de l’Europe, de la santé et de la citoyenneté », thèmes sur lesquels ont planché les participants au cours de plusieurs ateliers. Elle a également appelé à signer la pétition pour un référendum d’initiative partagée pour taxer les « superprofits », portée notamment par le PS.

Piques à la Nupes

« La gauche n’est rien quand elle se complaît dans l’opposition bête et méchante », a enchaîné Carole Delga dans un tacle à LFI. « Quand je parle pouvoir, je ne parle pas de lutte des places ou de privilèges ou d’accord d’appareils pour sauver quelques sièges ».



Dans l’assistance, des responsables PS pro-Nupes, comme la numéro 2 du PS Corinne Narassiguin, d’autres moins favorables comme la députée Valérie Rabault ou clairement anti-Nupes comme la maire de Vaulx-en-Velin Hélène Geoffroy ou l’ex-premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadelis, mais aussi des élus communistes, écologistes ou radicaux de gauche de sa majorité régionale.

Pour Carole Delga, « cette France de Bram n’est pas une utopie et va continuer à voyager dans les territoires ». Elle fera d’ailleurs un premier déplacement en Bretagne le 22 octobre.