Affaire Quatennens : Borne accuse Mélenchon de « banaliser les violences intrafamiliales »

polemique « On « n’est pas à une outrance près », a estimé la Première ministre

20 Minutes avec AFP
La réaction du chef de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon (gauche), en soutien à Adrien Quatennens qui a reconnu des violences conjugales, a choqué la Première ministre Elisabeth Borne (droite). (PHOTO D'ILLUSTRATION)
La réaction du chef de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon (gauche), en soutien à Adrien Quatennens qui a reconnu des violences conjugales, a choqué la Première ministre Elisabeth Borne (droite). (PHOTO D'ILLUSTRATION) — Canva

D’après la Première ministre, Jean-Luc Mélenchon « banalise les violences intrafamiliales ». Élisabeth Borne a jugé ce mardi « extrêmement choquant » le tweet du chef de la France Insoumise dimanche en soutien à Adrien Quatennens qui a reconnu des violences conjugales.

« C’est évidemment extrêmement choquant d’avoir quelqu’un qui banalise les violences intrafamiliales », a déclaré Elisabeth Borne, interrogée sur la réaction de Jean-Luc Mélenchon en marge d’un point presse sur le 2e plan vélo dans la cour de Matignon. « On « n’est pas à une outrance près, on va dire », a-t-elle ajouté, sans commenter davantage.

« Adrien l’assume. C’est bien. »

Figure de la jeune garde de La France insoumise (LFI), le député Adrien Quatennens, sous le coup d’une enquête après une main courante déposée sur des violences conjugales, a annoncé dimanche qu’il se mettait « en retrait de sa fonction de coordinateur » du mouvement, reconnaissant des violences envers son épouse.

Dans un premier temps, le leader des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon a dénoncé dans un tweet « la malveillance policière, le voyeurisme médiatique, les réseaux sociaux ». Il a salué en revanche la « dignité » et le « courage » d’Adrien Quatennens, lui redisant sa « confiance » et son « affection », suscitant de vives critiques, y compris en interne. Quelques heures plus tard, l’ancien candidat à la présidentielle a essayé de corriger le tir : « Une gifle est inacceptable dans tous les cas. Adrien l’assume. C’est bien ».