L’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn nommée à la Cour des comptes

Nomination La candidate malheureuse à la mairie de Paris prendra ses fonctions le 1er septembre

20 Minutes avec AFP
L'ex-ministre de la Santé, Agnès Buzyn, dans les locaux de «20 Minutes» en avril 2019.
L'ex-ministre de la Santé, Agnès Buzyn, dans les locaux de «20 Minutes» en avril 2019. — Clément Follain / 20 Minutes

Son dernier grand rôle était celui d’un pompier, venu remplacer sans succès Benjamin Griveaux dans la course pour la mairie de Paris. Agnès Buzyn est de retour dans celui, moins exposé, de conseillère maître en service extraordinaire à la Cour des comptes.

C’est l’Elysée qui a annoncé la nouvelle le 29 juillet. L’ancienne ministre de la Santé du gouvernement d’Edouard Philippe rejoindra l’institution à compter du 1er septembre 2022. Agnès Buzyn, hématologue de profession, avait notamment dirigé l’Institut national du cancer, avant d’être nommée en 2017 ministre de la Santé.

Actuellement mise en examen

Son passage au ministère a été marqué par un mouvement social dans les hôpitaux ainsi que la polémique sur la fin du remboursement de l’homéopathie par l’Assurance maladie, une mesure en faveur de laquelle Mme Buzyn a pesé.

Elle a quitté le ministère début 2020 pour se porter candidate à la Mairie de Paris en remplaçant au dernier moment le précédent candidat de la majorité, Benjamin Griveaux. Ce choix avait fait l’objet de vives critiques en raison du contexte marqué par le début de la pandémie de Covid en France.

L’ancienne ministre, qui a par la suite dirigé l’Académie de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), a été mise en examen fin 2021 pour mise en danger de la vie d’autrui dans sa gestion de l’épidémie, une décision critiquée par une partie du monde politique qui craint une judiciarisation excessive de l’action publique.