Remaniement: les dossiers qui les attendent

POLITIQUE Ca y est, ils sont ministres ou secrétaires d'Etat. Maintenant, ils vont devoir se mettre au travail...

O.R.

— 

Les nouveaux membres du gouvernement, nommés lundi 22 mars 2010.
Les nouveaux membres du gouvernement, nommés lundi 22 mars 2010. — SIPA/AFP

Eric Woerth

Après le Budget, place au Travail. Eric Woerth récupère le portefeuille de Xavier Darcos, sèchement remercié après sa défaite en Aquitaine lors des régionales. Un boulot qui ne sera pas de tout repos pour celui qui a déjà fait passer le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux et la mise en œuvre du bouclier fiscal.

La réforme des retraites. C’est LE principal dossier qui attend le nouveau ministre, l’idée étant de faire voter la réforme en octobre. Mais avant cela, il va falloir négocier avec les syndicats, d’ores et déjà inquiets. Lundi soir, Bernard Thibault, de la CGT, a déclaré espérer avoir face à lui «un ministre et non des ordinateurs de Bercy».

>> Le visage du nouveau gouvernement en images, c'est par ici

 

Marc-Philippe Daubresse

Le nouveau ministre des Solidarités actives et de la Jeunesse succède à Martin Hirsch. Un dossier qu’il maîtrise, puisqu’il a notamment été rapporteur de la loi sur le RSA, votée fin 2008.

Simplifier le RSA. Dès mardi matin, sur France Info, il a estimé que le dispositif du Revenu de solidarité active pourrait être «simplifié», car il est «très compliqué».

L’emploi des jeunes. Autre gros dossier pour Marc-Philippe Daubresse. Sur France Info, il a estimé qu’il fallait «qu'on déploie beaucoup plus vite pour les personnes les plus touchées l'ensemble du dispositif. «Il est prêt, mais il n'est pas assez vite déployé sur le terrain», a-t-il affirmé.

 

François Baroin

Sévère avec la politique menée par Nicolas Sarkozy, que ce soit sur l’ouverture à gauche, la taxe carbone ou le débat sur l’identité nationale, François Baroin, nouveau ministre du Budget va devoir rentrer dans le rang et plancher à son tour sur les finances de l’Etat.

Déficit public, dette. Avec des records historiques en raison de la crise, il va falloir inverser la tendance. Le déficit attendu pour 2010 est de 8,2%, or, Bruxelles impose qu’il soit à moins de 3%. Et il va falloir y parvenir d’ici à 2013. Les collectivités locales vont notamment devoir participer à l’effort de guerre. Et là, il va falloir faire passer le message. Quoiqu’il en soit, Nicolas Sarkozy avait promis des décisions pour enrayer la dette dès avril. A peine le temps pour le nouveau ministre de se plonger dans les dossiers.

 

Georges Tron

Le villepiniste accède au poste de secrétaire d’Etat chargé de la fonction publique. Avec plusieurs dossiers sur le feu. Et déjà l’objectif de se faire connaître. Lundi soir, François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, notait qu’il était «inconnu au bataillon», avant de préciser: «Le message pour les fonctionnaires va être important. Il y a une vraie crise de la Fonction publique (...) avec cette réforme de l'Etat qui se fait à la serpe. Si on rajoute l'inquiétude sur leur avenir avec une menace sur leur système de retraite spécifique, on aura de gros soucis sociaux dans la Fonction publique».

Réforme de la fonction publique. Il l’a déjà dit sur Europe 1, pour lui, cette réforme est «indispensable» mais elle «n'a de sens que si elle est comprise, expliquée». Et il va falloir déjà expliquer la polémique sur le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Même si pour lui, c’est «un faux débat.»

Les opérateurs de l’Etat. Il s’agit des organismes qui gravitent autour des ministères. Selon Georges Tron, ils «ont embauché ces trois dernières années autant de fonctionnaires que les administrations centrales». Il va donc se plonger dedans.