Benoît Hamon: «Une seule région ne peut faire oublier toutes les autres»

INTERVIEW Le porte-parole du PS se réjouit de la vague rose aux régionales...

Propos recueillis par Julien Ménielle

— 

Le porte-parole du Parti socialiste Benoît Hamon à l'université d'été à La Rochelle le 29 août 2009.
Le porte-parole du Parti socialiste Benoît Hamon à l'université d'été à La Rochelle le 29 août 2009. — Stephane Mahe / REUTERS
Que vous inspirent les résultats de ces élections régionales?

Je suis évidemment très satisfait des résultats de la gauche et du PS. Il nous donne un double-niveau d'enseignement: il s'agit d'un vote-sanction très clair à l'intention du gouvernement, et il est donc urgent de mettre en place des boucliers fiscaux dans les régions.

Ne pas avoir fait basculer l'Alsace n'est pas une déception?
L'Alsace était à droite, elle reste à droite, tous les votes se respectent. Mais on a 21 régions sur 22 en France métropolitaine. Et une seule région ne peut faire oublier toutes les autres.

Selon vous, quelles conséquences le gouvernement doit-il tirer de ce scrutin?
Changer de politique, tout simplement. Je me moque des changements de tête, ce n'est pas un problème de personnes. Le bouclier fiscal, la défiscalisation des heures supplémentaires, voilà le problème. Ce n'est pas un problème de têtes.