Régionales: plus de votants qu'au premier tour, mais moins qu'en 2004

POLITIQUE un regain qui pourrait profiter à la gauche, selon Frédéric Dabi...

Julien Ménielle

— 










Une femme quitte l'isoloir après avoir voté à Montpellier, pour le deuxième tour des élections régionales le dimanche 21 mars 2010.
Une femme quitte l'isoloir après avoir voté à Montpellier, pour le deuxième tour des élections régionales le dimanche 21 mars 2010. — GUILLAUME HORCAJUELO/EPA/SIPA

Au premier tour, à 17h, 39,29% des électeurs s'étaient déplacé pour déposer leur bulletin dans l'urne. Ce dimanche, à la même heure, ils étaient 43,47%. Soit 4 points de plus, mais 8 points de moins que lors du dernier scrutin régional en 2004. «C'est un petit regain qui reste décevant, alors que la gauche mais surtout la droite avaient tenté de remobiliser entre les deux tours», estime Frédéric Dabi, directeur opinion chez Ifop, interrogé par 20minutes.fr.

>> Estimations, réactions... Suivez la soirée électorale en live en cliquant ici.

«Insuffisant pour inverser le rapport de force», selon Frédéric Dabi. Au total, l'abstention devrait atteindre entre 47,5% et 49,5%, en baisse de 4 à 6 points par rapport au premier tour (53,67%, un record pour ce type de scrutin), mais en hausse de 13 à 15 points par rapport au second tour de 2004 (34,5%), selon des estimations d'Ifop et d'Opinionway. «Même si on ne peut rien affirmer avant d'avour les résultats, les enquêtes réalisées entre les deux tours laissent penser que ce regain pourrait profiter à la gauche», déclare Frédéric Dabi.

Pas de résultats avant 20h

Pour le sondeur, il semble que l'électorat de gauche a montré plus de signe de remobilisation. En Ile-de-France, où s'affrontent la ministre Valérie Pécresse et le président PS sortant Jean-Paul Huchon, la participation affichait une hausse de près de trois points. De même dans les deux seules régions détenues par la droite (l’Alsace et la Corse), le nombre de votant est plus important qu'une semaine plus tôt, mais en recul par rapport à 2004.

Dans la grande majorité des communes, les bureaux ont fermé à 18h, mais dans les grandes villes, ils resteront ouverts jusqu'à 19h (Rennes, Caen, Dijon...) ou 20h (Paris, Marseille, Toulouse, Lyon...). Aucun résultat ne peut toutefois être diffusé avant 20h.