Pour Gérard Longuet, beaucoup de Français se disent «je ne suis pas noir, je ne suis pas frisé»

POLEMIQUE Ils ne sentent donc pas concernés par les questions de discrimination...

J. M. avec agence

— 

Le sénateur Gérard Longuet, le 1er mars 2010 à Paris.
Le sénateur Gérard Longuet, le 1er mars 2010 à Paris. — E. POL/SIPA

Alors que ses propos au sujet d'une éventuelle nomination de Malek Boutih à la Halde font polémique, Gérard Longuet précisé sa pensée ce jeudi. Le sénateur de la Meuse assure qu'il n'a pas voulu se livrer à «une attaque personnelle» contre Malek Boutih mais émet de nouveau des réserves car «la lutte contre les discriminations doit être l'affaire de tous les Français».

Pas de militant

«Nous avons beaucoup de nos compatriotes qui considèrent que les problèmes de discrimination ne les concernent pas. Ils se disent: "je ne suis pas noir, je ne suis pas frisé, je ne suis pas Polonais, je ne suis pas handicapé et par conséquent je ne m'y intéresse pas"», a déclaré Gérard Longuet sur RTL.

Or, d'après le président du groupe UMP au Sénat, pour présider la Halde, il faut «quelqu'un qui soit accepté par l'immense majorité comme représentant une conscience, une intelligence, une culture, une expérience pour pouvoir dire je ne suis pas un militant de telle ou telle cause».

Pas seulement pour «les ghettos» ou «les communautés»

Aussi, si l'ancien ministre considère que Malek Boutih est «un homme bien qui s'était engagé sur des convictions», il estime que la lutte contre les discriminations «doit être l'affaire de tous les Français». «En matière de discrimination il faut que chacun d'entre nous comprenne que son fils, sa belle-fille, son gendre peut être confronté à ce type de problèmes et ne pas accepter l'idée que c'est pour le autres, c'est pour les ghettos, c'est pour les communautés».

Gérard Longuet tient à «garder (s)a liberté de parole» et persiste donc à penser, comme il l'a déclaré mercredi, qu'il vaut mieux choisir pour présider la Halde quelqu'un du «corps français traditionnel». Il a cependant précisé qu'il inviterait Malek Boutih à venir «présenter son projet» devant le groupe sénatorial UMP.