Régionales: grabuge sur les listes de Ségolène Royal

POLEMIQUE Les militants l'accusent à la fois de favoritisme envers ses proches et ses alliés politiques...

Avec agence

— 

Ségolène Royal, en meeting pour les régionales, le 16 janvier 2010 à La Rochelle.
Ségolène Royal, en meeting pour les régionales, le 16 janvier 2010 à La Rochelle. — REUTERS / Regis Duvignau

Il n’y a pas qu’en Languedoc-Rousillon avec Georges Frêche qu’il y a des bisbilles entre socialistes. Six colistiers PS de Charente-Maritime mécontents de la liste qui leur a été présentée samedi pour les régionales en Poitou-Charentes ont demandé à Ségolène Royal de «respecter ses engagements vis-à-vis des socialistes», a indiqué dimanche à l’AFP l'un de ces colistiers.

>> Tous nos articles sur les régionales sont par ici.

«Il est pour nous inacceptable que la liste déposée lundi (date limite de dépôt en préfecture, NDLR) ne respecte pas le vote des militants», affirment dans un communiqué six des 11 militants socialistes qui devaient figurer sur la liste définitive de 20 noms.

Militants MoDem

Les signataires contestent notamment l'apparition dans la dernière mouture du projet de liste de trois militants du MoDem et d'un ex-militant communiste en positions éligibles (en cas de victoire, la liste majoritaire envoie un minimum de 12 conseillers au conseil régional).

«La liste qui nous a été présentée samedi matin était tout à fait inacceptable pour nous», a souligné Jean-Yves Cerfontaine, dont le nom ne figurait plus sur la liste alors qu'il devait être en position non-éligible, conformément au vote des militants. Si aucun accord n'est trouvé avant lundi matin, «nous en tirerons les conséquences. Quelles qu'elles soient», a-t-il poursuivi.

Lors d'un vote le 3 décembre, les socialistes ont acté les noms et l'ordre des candidats sur leurs listes pour les élections régionales. En Charente-Maritime, la plus grosse fédération de la région, 11 places sur 20 devaient leur revenir.

Fille de...

«Des socialistes qui n'ont jamais été candidats à la candidature font leur apparition sur la liste, tandis que deux autres choisis par les militants en sont exclus», dénoncent également les signataires.

Parmi les nouveaux candidats, ils s'étonnent par exemple de l'apparition de la fille du président départemental du mouvement de Ségolène Royal, Désirs d'avenir.

L'entourage de Ségolène Royal n'a pu être joint dimanche matin.