Angoulême: le maire PS dénonce les «méthodes fascistes» de la «jeunesse dorée de l'UMP»

POLITIQUE Ses propos font hurler les Jeunes populaires...

Oriane Raffin

— 

Le groupe Facebook contre Philippe Lavaud, maire d'Angoulême.
Le groupe Facebook contre Philippe Lavaud, maire d'Angoulême. — DR
«Lavaud, les Angoumoisins ne veulent plus de toi!». Tout est parti de ce groupe Facebook, qui ne rassemble que 107 membres. Philippe Lavaud, maire d’Angoulême et premier vice-président du conseil général de Charente, y est traité de maire «pitoyable», «hautain, suffisant, fier, prétentieux, hypocrite, lâche, méchant»... Mais outre le verbe peu tendre, des photographies des vacances de l’édile ont été publiées, sans son accord évidemment.
 
Dans les colonnes de la Charente Libre, qui a publié un article sur les photos, Philippe Lavaud s’insurge: «je suis consterné. C'est un viol de ma vie privée», dénonce-t-il mercredi. Le maire d’Angoulême poursuit: «ce sont des méthodes de voyou qui, malheureusement, sont le symbole du danger d'Internet et de ses dérives.»
 
«Une certaine jeunesse dorée de l’UMP»

S’il ignore qui est le responsable du vol des photos (le créateur du groupe, sur Facebook utilise le pseudonyme Faust Federel, un nom donné par Hannibal Lecter dans le Silence des agneaux), il croit en savoir l’origine: «Quand on voit le nom de certaines personnes membres de ce groupe, on se rend vite compte que, derrière tout ça, on retrouve des méthodes de voyous en col blanc, et une certaine jeunesse dorée de l'UMP.»
 
Il poursuit: «Si nous étions pendant la Seconde guerre mondiale, elle ferait partie des Jeunesses Hitlériennes.» Des propos qui ont choqué les Jeunes Populaires, qui réclament désormais des excuses publiques. Faust Federel, sur Facebook, précise notamment «Je rappelle à tout nouveau membre que ce groupe ne fait aucunement la pub de quelque parti politique que ce soit.»
 
Des excuses publiques

Seulement, outre la présence, selon Sud-Ouest, de Xavier Bonnefont, secrétaire départemental de l'UMP, qui aurait quitté le groupe dès le début de la polémique, Faust Federel est «fan» de l’UMP, des Jeunes UMP, de l’UMP 92, de François Fillon et de Nicolas Sarkozy... difficile donc, de douter de son appartenance politique, même si le groupe n’est pas lié, effectivement, à un parti politique.
 
Du côté de l’UMP, on réclame des excuses, se réservant le droit de saisir la justice pour injure. Au passage, l’UMP de la Charente en profite, dans son communiqué sur son site Internet, pour tâcler Philippe Lavaud, invitant «chaque personnalité publique à découvrir les réglages de confidentialité que permet ce réseau social.»