Revivez le déplacement officiel de Nicolas Sarkozy en Corse

LIVE Toutes les informations en temps réel...

B.D. avec agence

— 

Le président Nicolas Sarkozy lors de son discours sur le déficit public à l'Elysée, à Paris, le 28 janvier 2010.
Le président Nicolas Sarkozy lors de son discours sur le déficit public à l'Elysée, à Paris, le 28 janvier 2010. — REUTERS/Thibault Camus/Pool

Le président de la République, Nicolas Sarkozy, est en déplacement officiel en Corse ce mardi, pour parler développement durable et tenir un meeting à huis-clos avec les militants UMP de la région, en vue des prochaines élections régionales.

Cet article est mis à jour en continu, cliquez ici pour rafraîchir.


17h30: Le président assure qu'il ne laissera pas se développer des nouvelles filières d'immigration clandestine en France
«Je ne laisserai pas une nouvelle filière d'immigration se développer en France», a affirmé Nicolas Sarkozy, qui venait d'évoquer «la malheureuse affaire» des Kurdes de Syrie, débarqués clandestinement sur une plage de Bonifaccio le 22 janvier.

«Vous imaginez le cynisme, la malhonnêteté, le mépris humain qu'il faut pour amener 124 étrangers du bout du monde, les débarquer sur une plage, avec des enfants, des femmes enceintes. Ceux qui ont fait ça seront retrouvés, seront punis», a-t-il affirmé.

«Que les mafias sachent que nous ne laisserons pas faire cela. Il n'y a aucune espérance que l'on puisse obtenir des papiers par des procédures qui sont celles-ci», a-t-il poursuivi.

«On reçoit avec humanité ces pauvres gens, on examine leurs dossiers, et ceux qui ne seront pas des réfugiés politiques seront raccompagnés dans leurs pays», a également affirmé le président.

17h15: Sarkozy et la Corse, un «engagement, pas simplement pour 2010, aussi pour 2011, et plus si affinités»

Le président Nicolas Sarkozy a assuré les Corses, mardi à Ajaccio, de son «attachement» et de son «engagement, pas simplement pour 2010, aussi pour 2011, et plus si affinités».

«L'image que je souhaiterais donner à la collectivité nationale de la Corse», c'est celle d'«un territoire apaisé, un territoire généreux, confiant», avec de la «compétence», a affirmé le chef de l'Etat.

«Maintenant il faut y croire. On a donné tous les éléments pour qu'il y ait la confiance entre l'Etat et la Corse. Maintenant allez-y», a-t-il lancé à l'auditoire, qui l'a chaleureusement applaudi. «C'est ce que je vous demande, en vous disant du fond du coeur mon attachement et mon engagement, pas simplement pour l'année 2010, aussi pour 2011 et plus si affinités», a-t-il conclu.

16h30: La France va négocier le raccordement de la Corse au futur gazoduc Algérie-Sardaigne-Italie (Galsi)
Le raccordement de la Corse au futur gazoduc Algérie-Sardaigne-Italie (Galsi) va être négocié par la France, a annoncé Nicolas Sarkozy. Il a précisé qu'il s'agissait là «d'un investissement massif de 425 millions d'euros». «Notre objectif est d'avoir réalisé ces investissements d'ici 2015 dès lors que le Galsi aura été entrepris», a-t-il ajouté.

Ce raccordement permettra à l'île d'assurer son «indépendance énergétique», en sécurisant son approvisionnement en énergie effectué jusqu'ici par bateau. «C'est un symbole pour la France et un grand progrès pour l'île», a-t-il poursuivi.

Le raccordement de la Corse au futur gazoduc «apportera le gaz naturel en Corse, tant pour la production d'électricité dans les deux centrales thermiques de Lucciana (ndlr: à une vingtaine de km au sud de Bastia) et Ajaccio, que pour desservir les particuliers à Bastia et Ajaccio», a également indiqué le président. Jusqu'à maintenant, l'approvisionnement en gaz de la Corse s'effectue par bateau. Les deux centrales thermiques de l'île sont alimentées en fioul, beaucoup plus polluant que le gaz.

Le président a également demandé que soit lancé, «sans attendre, un second volet d'études détaillées, pour engager le raccordement d'Olbia en Sardaigne vers Porto-Vecchio et celui des gazoducs terrestres vers Bastia et Ajaccio. Nous y consacrerons 7 millions d'euros dès cette année», a-t-il précisé. «Ces études devront aussi préciser le coût total de l'opération, de façon à arrêter le plan de financement (...) L'Europe sera sollicitée, s'agissant d'un projet aussi important dans le cadre euro-méditerranéen. Dans ce but également, je demande à Jean-Louis Borloo de poursuivre les contacts déjà pris avec le gouvernement italien, le gouvernement algérien, et le consortium de réalisation du Galsi», a-t-il ajouté.

11h50: Le président de la République est arrivé à Ajaccio.
Nicolas Sarkozy, qui est accompagné de plusieurs ministres, est arrivé à 11h50 à l'aéroport Napoléon Bonaparte. Il s'est immédiatement rendu sur un site touché par les incendies de forêt de l'été dernier, près des villages de Carbuccia et Peri (Corse-du-Sud) à une trentaine de kilomètres d'Ajaccio.

11h30: Ports bloqués et rassemblements lycéens avant l'arrivée du président

Les ports corses sont bloqués ce mardi, en raison d'une grève des personnels des compagnies SNCM et CNM. Une manifestation est prévue en début d'après-midi à Ajaccio à l'appel de la CGT et de la CFDT pour dénoncer la dégradation de la situation sociale en Corse. Elle doit se dérouler près du Palais des congrès, où Nicolas Sarkozy doit prononcer une allocution sur le thème du développement durable.

A Ajaccio, où un important dispositif de sécurité a été mis en place, à Bastia et à Porto Vecchio, des lycéens se sont rassemblés mardi matin devant leurs établissements pour protester contre la visite présidentielle, a-t-on appris auprès des services de sécurité. A Porto Vecchio, ils ont mis le feu à des palettes de bois et scandé des slogans hostiles au chef de l'Etat.